ETISALAT à l’assaut des télécoms d’Afrique du nord

Actualités Télécom

Après son échec sur le dossier de la privatisation de Tunisie Telecom où il s’était classé à l’avant dernière place (5ème) juste derrière France Telecom et avant MTN (Afrique du Sud) avec une offre de 1,9 milliard de dinars (une cession qui a finalement atterrie chez Tecom DIG (Groupe Dubai Holding) avec une mise finale de 3,05 milliards de dinars), le groupe Emirati vient de rebondir en Egypte où il vient de remporter l’appel d’offre pour la mise en place d’un 3ème réseau de téléphonie mobile.

Les groupes Emiratis semblent ainsi décidés à investir les télécoms d’Afrique du nord en y mettant le prix, car après la Tunisie, c’est autour de l’Egypte de bénéficier de cette tendance au renchérissement des offres (l’offre retenue représente près de 8 fois le prix minimum fixé par les autorités égyptiennes), en attendant le dossier d’Algérie Telecom qui, même s’il est encore au stade des préliminaires, la bousculade aux portes est déjà grande. Plusieurs dizaines de candidats sont annoncés et on estime les revenus de cette ouverture partielle à 6 milliards de dollars. Parmi les candidats, on retrouve justement le groupe Etisalat qui a pour objectif de «devenir une première force de changement dans le secteur des télécoms dans la région», selon les déclarations de M. Mohammad Hassan Omran, directeur d'Etisalat.

En Egypte le consortium réunissant Etisalat à la poste égyptienne, à la Banque nationale et à la Banque commerciale internationale a remporté cette 3ème licence de téléphonie mobile en payant 2,9 milliards de dollars. Etisalat détenant 70% des parts du consortium contre 30% pour ses partenaires égyptiens. Ce consortium était en concurrence sur ce dossier avec neuf candidats, dont Telecom Italia, les sociétés koweïtienne MTC, turque Turkcell, sud-africaine MTN et russe MTS, toutes ces sociétés se sont constituées en consortiums avec des partenaires égyptiens.

Avec une population de 74 millions d’habitants, la téléphonie mobile est en pleine expansion avec actuellement 15 millions d’abonnés pour 2 réseaux (Vodafone et Mobinil – groupe Orascom Telecom), soit seulement 20% de taux de pénétration contre des taux supérieurs à 50% en Tunisie, Afrique du Sud et l’Algérie.

Selon Amr Badaoui, un responsable au ministère des Communications, le nombre d’abonnés devrait passé au cours des 4-5 prochaines années à 35 millions d’abonnés (près de 50% de la population), avec une part de marché pour le consortium dirigé par Etisalat de 20 à 25%.

Etisalat est, également, présente en Afghanistan, en Arabie Saoudite, dans les capitaux d’opérateurs africains et vient de racheter la plus grande compagnie de télécommunications du Pakistan, pour 2,6 milliards USD.

(SOURCE : Webmanagercenter)