45 millions d’Africains vont bénéficier des technologies Microsoft

Actualités informatiques

Bill Gates, encore lui, ne va pas par quatre chemins, puisque pour lui, incontestablement, ‘’l'accès technologique à bas prix est crucial pour aider l'Afrique à atteindre ses objectifs de développement du Millénaire’’. Cette déclaration a été faite le 11 juillet dernier, lors du Forum Afrique 2006 de Microsoft pour les chefs de gouvernement, le président de Microsoft Bill Gates, en présence de l'ancien président des États-Unis Bill Clinton.

Tous les deux ont souligné ‘’le rôle critique des technologies de l'information et de la communication (TIC) et des partenariats publics-privés pour promouvoir le changement vers un futur solide et vibrant en Afrique et dans les pays en voie de développement’’.

Le patron de Microsoft a également mis en exergue l'approche à long terme de Microsoft pour les investissements en Afrique, qui inclut des collaborations entre Microsoft et des organisations locales et internationales, comme l'Organisation du tourisme mondial des Nations Unies (UNWTO), l'Organisation du développement industriel des Nations Unies (UNIDO) et le Nouveau partenariat pour le développement africain (NEPAD), etc.

Du côté de Microsoft, on indique que, à travers ces partenariats et avec ses programmes éducatifs ‘’Learning and Unlimited Potential’’, la société espère offrir les bénéfices des technologies de l'information et de la communication à plus de 45 millions d'Africains d'ici 2010, et aider les gouvernements à générer une croissance économique durable.

Pour ce faire, Bill Gates a déclaré que ‘’pour que l'Afrique devienne vraiment compétitive dans l'économie mondiale, une collaboration stratégique entre les entreprises, les gouvernements et les ONG est essentielle... En fournissant un accès bon marché à la technologie et en aidant nos partenaires à construire des économies logicielles locales fortes, Microsoft peut aider à créer des économies africaines basées sur les connaissances qui génèrent des emplois et offrent de nouvelles opportunités pour la croissance, la prospérité et l'innovation’’.

Pour sa part, l’ancien occupant de la Maison Blanche, Bill Clinton, souligne que ‘’la technologie a augmenté les opportunités de millions de personnes à travers le monde et -que ce soit en développant l'accès aux informations, à l'éducation ou aux soins de santé, ou en augmentant le pouvoir collectif des individuels- elle a un rôle important à jouer pour créer une Afrique compétitive et dynamique… Les initiatives de Bill Gates et de sociétés comme Microsoft, en partenariat avec les gouvernements, les ONG et d'autres organisations du secteur privé, aident l'Afrique à atteindre ses 'Objectifs de développement du millénaire des Nations Unies’’.

Par ailleurs, le fondateur de Microsoft considère que créer la bonne infrastructure technologique est un ingrédient essentiel du développement économique -à la fois avec les industries existantes et les nouvelles industries avec un potentiel de croissance significatif, comme l'industrie du tourisme en Afrique. De ce fait, Gates a annoncé la collaboration de Microsoft avec l'UNWTO pour promouvoir le tourisme dans les pays en voie de développement et sur le continent africain. Ce qui n’a pas manqué de réjouir Francesco Frangialli, secrétaire général de l'UNWTO : ‘’Cet accord est un énorme bond en avant pour la création d'emplois dans le secteur du tourisme, la génération de revenus d'exportation et la construction des capacités des pays les plus pauvres au monde -particulièrement en Afrique où il sera intégré dans nos programmes pour lutter contre la pauvreté à travers un tourisme durable. Il associe les technologies et les solutions de Microsoft au rôle central de l'UNWTO pour faire avancer le secteur comme un instrument de développement’’. Et d’ajouter : ‘’Un autre facteur important, au cours des cinq ans à venir, nous allons collaborer pour construire une dimension TIC de pointe dans tous nos programmes clés, avec notamment un accès amélioré pour les touristes grâce à un contrôle électronique aux frontières, une meilleure qualité de service à travers la formation à distance et la gestion durable’’.

On le savait généreux, on le découvre désormais philanthrope… Qui dit mieux ! Car 45 millions d’Africains, c’est 4,5 fois la population tunisienne, c’est la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Mali et la Sierra Leone réunis…

(SOURCE : Webmanagercentre)