89 CYBERCAFES RECENSES A LIBREVILLE SELON UNE ETUDE DE L’ARTEL

Actualités Internet

La capitale gabonaise compte 89 cybercafés et 2 790 cabines téléphoniques, révèle une étude réalisée du 24 avril au 30 juin par l'Agence de régulation des télécommunications (ARTEL).

La majorité des cybercafés est connecté à l'ADSL. Ils proposent donc une connexion haut débit à la clientèle.

Au début de l'année 2000, la capitale gabonaise ne comptait pas plus d'une vingtaine de cybercafés. Il fallait parcourir des kilomètres pour espérer se connecter à la toile. Les fils d'attente étaient très importants devant les rares "cybers" de la ville.

Selon la même étude, sur 2 790 cabines téléphoniques, celles qui fonctionnent avec des lignes de téléphone fixe ne sont que 391 contre 2 399 cabines à base de téléphone portable (GSM).

L'étude démontre que Gabon Télécom a considérablement perdu le marché des cabines téléphoniques dont il avait le monopole jusqu'à la fin des années 90.

Les trois opérateurs de la téléphonie mobile (Libertis, Celtel et Telecel) malgré des coûts assez élevés réussissent à supplanter la suprématie de Gabon Telecom sur le marché du téléphone publique. Et pourtant concernant le rapport qualité/prix Gabon Telecom offre le meilleur confort.

Un problème de marketing justifierait la perte progressive par Gabon Telecom de ce marché. La société exige une importante caution avant l'exploitation à des fins commerciales d'une ligne de téléphone. Ceci n'est pas le cas pour les cabines téléphoniques à base du GSM.

(SOURCE : Gabonnews)