Cote d'Ivoire: Après la suspension du Directeur Général, l'ATCI sous haute surveillance

Actualités Télécom

Le bras de fer entre M. Kla Sylvanus, ex-DG de l'Agence des Télécommunications de Côte d'Ivoire (ATCI) et le ministre des Nouvelles Technologies de l'Information et des Télécommunications, Hamed Bakayoko, est loin d'être fini.

Depuis le mardi 20 septembre dernier, l'on a remarqué la présence de quelques éléments des forces de l'ordre (bérets rouges) dans l'enceinte de l'immeuble Postel 2001 et au 4ème étage, devant le bureau de M. Kla Sylvanus, ex-DG de l'ATCI. N'ayant pas pu avoir accès à l'immeuble, nous n'avons pas pu connaître la raison exacte de la présence de ces forces de l'ordre.

A l'analyse, tout porte à croire qu'elle n'aurait d'autre but que d'empêcher la passation des charges, initialement prévue pour le mercredi 14 septembre 2005 et dont Kla Sylvanus dit ne pas comprendre «le fondement» dans une lettre qu'il a adressée, au Ministre Hamed Bakayoko. Dans ce cas, l'on comprend pourquoi l'ex-DG continue d'occuper son poste, surtout après les interventions du porte-parole de la Présidence, Désiré Tagro et du Ministre d'Etat, Ministre de l'Economie et des Finances, Antoine Bohoun Bouabré. Dans lesquelles ils volaient au secours de leur «protégé» lui demandant presque de défier sa tutelle technique et administrative. En agissant de la sorte, Désiré Tagro et Bohoun Bouabré ont fait fi des questions d'éthique et de bonne gouvernance alors que la décision du ministre Hamed Bakayoko ne fait mention que de la suspension de l'ex-DG et non de sa révocation. En attendant que la lumière soit faite sur les abus de biens sociaux, le vol des chèques et la gestion illégale des 5 % de la contrepartie financière dont le DG est accusé, il importe que les enquêteurs soient vigilants et veillent à ce qu'aucun élément de preuve ne leur échappe.

Le Patriote