Cameroun: Grâce à l'African Queen, des " analphabètes " à l'assaut de l'informatique

Actualités Internet

Après les communes de Penka Michel, Nkong zem, Batcham, Dschang et Mbouda, c'est la mairie rurale de Bafoussam qui a accueilli le projet " Opération formation de 1500 villageois en informatique ". Stationné depuis le 21 juin dans la cour de la commune, le cyber bus 'African Queen' a déjà initié 170 personnes à l'utilisation de l'ordinateur à Bafoussam et 160 autres sont en cours d'initiation en ce moment.

Selon David Tsopbeng, chef technicien et formateur de cette caravane, face à la demande pressante des populations et surtout des administrateurs locaux, le Gic Labotel a été obligé de revoir le nombre de personnes à former qui est passé depuis Batcham de 100 à environ 350 personnes dans chaque commune. En outre, la formation qui est désormais divisée en deux phases (celle des élèves et du personnel de la commune rurale et celle du personnel administratif) s'étend sur un mois voire plus. Ces changements qui bouleversent les estimations de départ du projet Labotel vont probablement avoir un impact considérable, surtout financier. " A la longue, la masse populaire sera insoutenable. Nous comptons alors bénéficier de l'apport des bailleurs de fonds et du gouvernement, surtout pendant la construction des centres multimédias ", confie le cordonateur. Ceci n'est pourtant pas le seul problème que la caravane a rencontré à Bafoussam.

Toujours selon Tsopbeng, l'accueil dans la capitale provinciale a été des plus minables. " Ici l'accueil n'a pas été chaleureux. Presque rien n'est mis à notre disposition : toilettes, tables et chaises pour disposer les ordinateurs et installer les stagiaires. Le personnel de la commune, presque toujours absent semble ne vraiment pas s'intéresser par ce que nous faisons. " Un tour dans la salle servant d'atelier de formation permet de vérifier ces propos, où sept ordinateurs sont installés devant l'oeil admiratif de trois à quatre personnes par ordinateur qui espèrent ainsi profiter au maximum de leur temps limité. Paradoxalement, les stagiaires semblent très heureux de leur condition : " C'est une aubaine pour nous qui sommes parti d'un point zéro. Nous apprenons vite et espérons que beaucoup comme nous aurons l'occasion de flirter avec l'outil informatique ", confie un stagiaire. On se demande alors si cet engouement sera le même pendant la deuxième phase, après la construction des multimédias dont l'accès devrait sans doute être payant. A ce jour, près de 1400 personnes sont déjà initiées à l'outil informatique à l'Ouest grâce à ce projet. C'est un pas considérable qui ne doit alors pas s'arrêter en si bon chemin. Les populations de Baham en seront les prochaines bénéficiaires.

Le Messager