ILE MAURICE - L'ARRIVÉE DE LA TÉLÉ PAR ADSL EST MAINTENANT CERTAINE

Actualités Internet

Sans cesse reportée depuis un an, la convergence entre la télévision numérique, le téléphone et l'internet se fera maintenant vers le milieu de l'année prochaine. Les délais sont principalement dus au souci de Mauritius Telecom d'offrir un produit sans faille.

La seule prise téléphonique permettra de recevoirla télévision, l'internet et la communication par téléphone.

Promise depuis fin 2004, la révolution technologique que promet d'être la télé par ADSL reste toutefois coincée sur la ligne de départ. Mais dans les hautes sphères de Mauritius Telecom (MT), on est catégorique : son introduction aura lieu vers la mi-2006 au plus tard.

Plus que quelques mois donc avant de vivre la convergence entre la télé numérique, le téléphone et l'internet qui pénétrera dans les foyers à travers une simple prise téléphonique. Des bouquets de télévision numérique, des vidéos à la demande, des services interactifs, dont un Internet allégé, ainsi que le téléphone et l'internet rapide (ADSL) figurent au programme de ce projet initialement nommé «triple play», maintenant rebaptisé «Multiplay». MT compte en faire un produit populaire. La compagnie espère convertir 100 000 foyers en cinq ans.

Pour séduire le grand public, plusieurs formules auraient été peaufinées. L'abonnement mensuel le plus abordable sera probablement entre Rs 300 et Rs 400. Il permettra entre autres, d'accéder à plusieurs chaînes de télévision. L'abonné pourra également acheter plusieurs films plus ou moins récents sans frais supplémentaires. MT aurait déjà approché plusieurs ambassades en vue de recevoir gratuitement des programmes. ça, c'est pour l'abonnement de base. Pour recevoir des films, programmes ou autres événements sportifs plus récents ou populaires, il faudra cependant mettre la main à la poche. C'est ce qu'on appelle la vidéo à la demande. Les prix fluctueront naturellement selon le programme offert.

D'autres opérateurs, dont possiblement CanalSatellite, Parabole Maurice et Zee TV, proposeront également des bouquets. Ceux qui veulent en bénéficier devront payer une somme supplémentaire. MT est aussi à la recherche de décodeurs, indispensables pour convertir et décrypter les signaux du «Multiplay», pouvant enregistrer, diffuser en léger différé et capter la télévision numérique terrestre (TNT). «Il est totalement logique que nos décodeurs permettent de recevoir notre Multiplay et capter la TNT lancée par la MBC il y a trois semaines», dit-on chez MT.

Sans cesse reporté depuis un an, ce projet (le plus ambitieux de la compagnie nationale depuis l'introduction du SAFE en 2001), est aujourd'hui bien calé sur les rails menant à la Telecom Tower. Il n'y a plus de place pour le doute qui existait encore en mai dernier quant à la viabilité du projet. Sceptique par rapport à la solidité du projet, France Télécom (FT), actionnaire de MT à hauteur de 40 %, envisageait l'abandon du projet il y a encore quelques mois. Et cela même si la technologie provient de FT.

«FT, tout comme les autres membres du conseil d'administration, voulait s'assurer que nous ayons un bon businessplan avant d'aller de l'avant», avance un proche du dossier. Quoi de plus normal pour un projet qui est estimé à Rs 1,5 milliard ? «Il fallait être sûr de pouvoir rentabiliser cet investissement», indique-t-on dans les milieux proches de la compagnie nationale des télécommunications.

Le dépassement de la deadline initiale n'est cependant pas uniquement dû aux hésitations de la direction de MT. La complexité du projet incite également à la prudence. Pour permettre la diffusion d'images numériques à travers le réseau téléphonique, il a fallu procéder à un rehaussement important du réseau de MT. Pour pouvoir supporter le «Multiplay», le réseau doit pouvoir absorber le surcroît de données nécessaire à son bon fonctionnement.

«Il fallait en quelque sorte agrandir la route pour véhiculer ce flot de données afin de permettre la fluidité des images diffusées. Aujourd'hui, le nécessaire est fait. Notre réseau peut supporter la capacité requise. Les tests nécessaires ont été effectués», indique notre source. Le réseau de MT peut aujourd'hui aller jusqu'à 6 mégabytes par seconde.

Le changement du format utilisé pour encoder les images audiovidéo a eu un impact sur les travaux. Alors que MT avait commencé à travailler sur le MPEG2, elle a décidé de passer directement au MPEG4 qui est deux fois plus performant. «Cela nous évitera d'investir gros dans un an ou deux», déclare un technicien. La plateforme (le logiciel qui pilotera tout le système) serait quant à elle en voie d'acquisition.

MT souhaite ne pas faire les mêmes erreurs qui ont été faites ailleurs. En France et dans le monde, où la télé par ADSL a été introduite, il y a eu quelques problèmes, notamment au niveau du gel d'images occasionné par des défaillances techniques du prestataire ou des congestions de réseau. En numérique, une image passe ou ne passe pas. Si la transmission est mauvaise, l'image se fige.

La fluidité peut être défaillante, mais le phénomène de «neige» ou de parasites sur l'écran, comme pour l'analogique, n'existe pas. Cela dit, pour ce qui concerne la France, des sondages très récents ont démontré que les abonnés d'offres de télé par ADSL ont été largement séduits. MT ambitionne pour sa part d'offrir un produit encore plus avancé que ceux des opérateurs français.

l’Express