CAMEROUN: DÉSAGRÉMENTS, MAUVAISE CONNEXION AU PRIX FORT

Actualités Internet

Malgré les progrès réalisé dans le domaine de l'Internet au Cameroun avec la multiplication des fournisseurs d'accès, les prix d'accès à un terminal demeurent chers dans les autres villes du Cameroun en dehors de Douala et Yaoundé.

A Bafoussam, s'il y'a un secteur dans lequel la concurrence est quasi inexistante, c'est bien dans celui des cybercafés. A côté de quelques-unes qui résistent et continuent de fonctionner, plusieurs et parmi lesquels les premières à ouvrir ont mis la clé sous le paillasson. Pour la plupart, les machines vieillissantes n'ont pas pu être remplacées faute de moyen ; ce qui a sonné le glas de la fermeture pure et simple.

Faute d'adversaires, les quelques cybercafés qui résistent encore font la pluie et le beau temps et offrent aux internautes l'unité de connexion au double du prix pratiqué dans les villes de Douala et Yaoundé par exemple. Le prix d'une heure de connexion qui était jusqu'à une date récente de 700 Fcfa se situe aujourd'hui entre 400 et 500 Fcfa. Toujours deux fois plus chers qu'à Douala ou Yaoundé où à certains endroits, la même somme est déboursée pour deux heures de connexion. Cette légère baise peut s'expliquer par l'assouplissement des prix du principal fournisseur d'internet de cette localité, Camtel. "Camtel a baissé les prix parce qu'elle exploite ses propres installations. En plus des prix revus à la baisse, la connexion est un peu plus rapide ", explique madame Odile Mboutoue. Pour Aristide Tchakounté, la fixation des prix est aléatoire même si les clients estiment que le prix de l'heure est élevé.

En dehors des prix jugés exorbitants par les internautes, une autre difficulté réside dans la qualité de la connexion. La plupart des cybercafés de Bafoussam ne sont pas autonomes et obtiennent leur connexion auprès des fournisseurs d'accès à Internet privés. Ces derniers ne respectent pas toujours leur capacité de distribution et vendent leurs services à plusieurs personnes. Conséquence, les connexions dans les cybercafés sont très lentes. Très souvent 15 minutes sont insuffisantes pour ouvrir la boîte e-mail et consulter les messages. Ce qui décourage des potentiels internautes et fait ainsi perdre des clients aux différents cybercafés. " La plus grande difficulté c'est les fournisseurs d'accès. La connexion n'est pas bonne ce qui n'est toujours pas du goût des clients. Si les fournisseurs pouvaient nous comprendre et nous donner une bonne connexion, cela nous permettrait d'avoir des clients réguliers et accroître nos recettes. Quand ils promettent de te vendre 64 bits, ils te vendent plutôt 10", se plaint Line Laure. Pour les fournisseurs, " la mauvaise connexion est très souvent due à la vétusté des machines ou du serveur." Un débat où chacun croit avoir raison.

Le Messager 18/10/05