Le réseau de téléradiologie IKON du Mali

Actualités Internet

La télé radiologie n’est qu’un aspect de la télé expertise appliquée à la radiologie médicale. Autant la télé expertise peut être source de chômage dans les pays développés autant elle permet de suppléer au manque de ressources humaines qualifiées dans les pays en développement.

Le Mali, pays continental très vaste, sous-développé, sous-peuplé et  pauvre, ne dispose que d’une douzaine de radiologistes, presque tous installés à Bamako, secteur public et privé confondu, sauf un seul qui est en province (actuellement à Ségou). Les besoins sont donc immenses.

La politique sanitaire actuelle du Mali a été mise en œuvre après que les décideurs aient consenti de gros efforts en mettant en place des centres de santé communautaires dans les localités périphériques, des centres de santé de référence dans les communes urbaines et des hôpitaux régionaux dans les chefs lieux  de région, quelquefois avec l’aide des médecins coopérants étrangers. Ces médecins de province n’ont qu’un manipulateur en radio lorsqu’il y a une installation simple de radiologie et leur expérience personnelle en radiodiagnostic pour faire face aux énormes besoins d’examens radiographiques. Dans ce domaine, en dehors de certaines images élémentaires, « l’œil » du radiologiste est très souvent indispensable.

C’est ainsi qu’est née l’idée de projet de création d’un réseau informatique entre les hôpitaux régionaux et les hôpitaux centraux au cours d’un forum des acteurs de la santé organisé à Bamako en 2002 par l’IICD (Institut International pour la Communication et le Développement) des Pays Bas. Ce réseau de télé radiologie a été baptisé IKON. Il est supposé s’appliquer à la radiologie pour un début mais peut s’étendre à d’autres spécialités médicales.

L’objectif principal du projet était donc de procéder à la lecture de tous les dossiers radiologiques nécessitant un avis spécialisé. Le projet fut jugé d’intérêt public et accepté par l’IICD qui décida alors de financer sa mise en œuvre.

La mise en œuvre du projet est scindée en deux phases: une phase d’essai ou phase pilote d’un an reliant trois hôpitaux régionaux à l’hôpital du point G et une phase d’extension de quatre ans au cours de laquelle les autres hôpitaux seront progressivement connectés au réseau.

Après moult difficultés et obstacles le projet n’a pu démarrer qu’en 2004 par la formation du personnel des hôpitaux de Mopti et Sikasso. Le troisième hôpital régional identifié, initialement celui de Ségou, est remplacé par celui de Tombouctou à cause d’un changement de priorité (Ségou venait d’avoir un spécialiste radiologue).

Le démarrage effectif des activités de télétransmission des images radiographiques a commencé en juillet 2005 entre Mopti et Bamako. A la date d’aujourd’hui une vingtaine d’images radiographiques ont été envoyées par les médecins de Mopti pour interprétation. Elles ont toutes été lues et répondues le même jour.

L’hôpital de Sikasso attend de régler certains problèmes de connexion à Internet pour commencer à envoyer des images radiographiques.

Chaque dossier transmis donne l’occasion de détecter certaines imperfections et d’y remédier éventuellement pour les dossiers futurs.

L’hôpital de Tombouctou sera bientôt connecté au réseau en remplacement de celui de Ségou.

La connexion des autres hôpitaux se fera progressivement par ordre de priorité selon certains critères de besoin, de personnel, techniques.

Des tentatives sont en cours avec le Campus Numérique Francophone de Bamako en vu de trouver un site sécurisé au Mali pouvant héberger les activités de télétransmission.

Quelques données techniques:

Les échanges entre hôpitaux se font via Internet par liaison téléphonique (RTC) permettant d’envoyer des images de bonne qualité.

Le serveur de relais pour les échanges était initialement celui de Kénéya Blown  du réseau malien REIMICOM. Suite à des problèmes techniques sur ce serveur, les échanges ont été transférés  temporairement sur un serveur plus sécurisé situé à l’étranger.

Le projet a opté pour les logiciels libres: Mandrake, Gimp, etc…Un logiciel a été spécialement développé, dénommé « Open Yalim », pour le réseau par l’équipe technique de RéoNet, une structure de jeunes informaticiens et médecins. Il est adapté à la télé radiologie.

http://www.iicd.org/articles/iicdnews.2005-09-09.2662129607

http//www.iicd.org/articles/iicdnews.2005-09-09.2662129607