CAMEROUN, LES JEUNES RURAUX COMME CIBLE

Actualités informatiques

En prélude au sommet mondial sur la société de l’information qui se tiendra à Tunis en novembre 2005, l’Association Ingénieur sans frontière Cameroun organise une campagne nationale sur les Ntic. Cette campagne de sensibilisation de la jeunesse camerounaise a été lancée à Yaoundé le 5 octobre dernier sous le thème “ jeunesse rurale et e-entreprenariat : tissons les liens ”. Selon Elise Marthe Eone, coordonnatrice du programme, le thème “ voudrait que les jeunes entrepreneurs puissent trouver une alternative de vendre leur initiative à travers les technologies de l’information et de la communication ”. Dans un contexte où la nouvelle ère numérisée est surtout soutenue par la participation dynamique, créatrice et innovante de la jeunesse, le constat est que les jeunes ruraux sont exclus du processus de conception, d’exécution et d’évaluation des initiatives de ce monde globalement réseauté. Il est question de réduire la fracture numérique qui existe entre les jeunes citadins et leurs amis de zones rurales. Pour cela, il faut intégrer les préoccupations spécifiques à la jeunesse rurale afin de créer des conditions optimales à la réussite des projets de la société de l’information. Le but visé par cette campagne est de doter les organisations de jeunesse d’outils leur permettant de contribuer à l’émergence de la jeunesse rurale dans sa diversité, par la société de l’information. C’est à dire, en facilitant l’accès et l’échange d’informations en matière de promotion d’innovations entreprenariales par les jeunes.

Afin de mieux atteindre sa cible, l’Association Ingénieur sans frontière Cameroun a initié des travaux en atelier. S’y sont retrouvés, près d’une centaine de jeunes d’organisations de jeunesse intervenant en milieu rural. La formation était axée sur l’animation en ligne, la création des pages web, l’intervention dans les forums en ligne, comment mettre son projet sous forme de Cd-rom… au terme des travaux, un plan d’action à soumettre au Sommet mondial sur la société de l’information de Tunis a été élaboré. Il intègre la problématique de la participation des organisations de jeunesse au processus de mise en œuvre des actions concrètes ; la prise en compte de la jeunesse rurale et de leurs besoins dans les actions à mettre en œuvre ; les techniques de plaidoyer et de réseautage incluant l’implication des médias et surtout des radios rurales. Ceci pour promouvoir une synergie fonctionnelle de partenariat entre tous les acteurs concernés, en vue de rendre accessibles aux populations les plus défavorisées des instruments nécessaires à l’accès aux technologies qui stimulent le développement de la compétitivité des innovations des jeunes en mettant un accent au développement des petites et moyennes entreprises. La perspective finale étant de réduire la pauvreté rurale par le biais de la société de l’information.

Le Messager