LES TIC FONT ÉCOLES

Actualités informatiques

Conclusion de recherches menées pendant deux ans en Afrique centrale et de l'Ouest par un réseau international, le ROCARE.

L'intégration des Technologies de l'information et de la communication dans les écoles est désormais une réalité. Mais quel est son véritable impact ? C'est pour répondre à cette question que le Réseau ouest et centre africain de recherche en éducation (ROCARE) a conduit des recherches dans plusieurs écoles pionnières des pays d'Afrique occidentale et centrale - Bénin, Cameroun, Ghana, Mali et Sénégal. L'enquête a porté en tout sur plus de quarante mille élèves et environ trois mille enseignants. Des parents ont également été approchés. Les résultats de cette investigation étaient au coeur d'un atelier de validation bouclé hier à Yaoundé en présence de divers experts du réseau.

Selon le Dr Moses Mbangwana, enseignant à l'Ecole normale supérieure de Yaoundé et chercheur associé au Rocaré-Cameroun, huit établissements secondaires de notre pays étaient concernés. L'enquête conduite localement a montré que des efforts ont été consentis par les pouvoirs publics (mise à disposition d'ordinateurs, connexions à Internet ). Les chercheurs ont également découvert que les élèves utilisaient bel et bien l'outil informatique, mais que des progrès devaient être faits pour ce qui est de la formation des enseignants eux-mêmes ! Dans la majorité des cas, les profs n'arrivent pas encore à dispenser leur matière via l'informatique. Résultat, les élèves apprennent plus Word, Excel, etc. que la géographie ou les mathématiques à l'aide des ordinateurs

Qu'à cela ne tienne, une deuxième phase du projet - dont les études de faisabilité devraient être lancées en janvier - s'attellera à corriger les lacunes constatées, et donc à amener les enseignants à former au moyen des Tic. Selon Kathryn Touré, coordonnateur régional du ROCARE, les Tic peuvent réellement aider à réformer le système éducatif dans nos pays, si les responsables publics veulent " promouvoir l'éducation pour tous, et une éducation de qualité ". Après l'atelier qui a pris fin hier, quelques actions sont prévues sur le terrain - dont une descente à Kribi. Les participants à l'atelier venaient d'une dizaine de pays : Afrique du Sud, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Canada, France, Ghana, Mali, Rdc et Sénégal.

Cameroun Trbune