RENCONTRES D'AFFAIRES SÉNÉGALO-EUROPEENNES «MET-IT» : DÉVELOPPER LA COOPÉRATION AUTOUR DES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION

Actualités informatiques

Après l'Algérie, le Maroc et la Tunisie, les rencontres d'affaires sur les technologies de l'information «Med-it» se tiennent au Sénégal cette année. Un salon d'échanges et d'information sur les nouveautés et les opportunités à tirer de l'Internet, l'intranet et l'informatique sera l'occasion pour les participants de développer la coopération sénégalo-française et méditerranéenne.

Dakar sera, mardi et mercredi prochains, le lieu de convergence des professionnels et entreprises évoluant dans le secteur des technologies de l'information. Ces rencontres d'affaires sénégalo-européennes ou «Met-it» se tiennent pour la première fois au Sénégal. Elles sont initiées par la société française Xcom, spécialisée dans l'organisation des salons professionnels. Ces échanges visent, selon la directrice générale de Xcom, Sylvie Reforzo qui s'adressait à la presse hier, «à développer la coopération autour des technologies de l'information par la création de partenariats entre acteurs sénégalais, français et méditerranéens du secteur». Mais aussi, poursuit-elle, ils devraient «permettre aux entreprises locales de mieux cerner l'intérêt de ces technologies grâce à l'information diffusée lors des conférences et débats».

Fournisseurs de services Internet, opérateurs de télécom, opérateurs satellites, éditeurs de logiciels et consultants spécialisés etc., ils sont plus de cinq cents entreprises du secteur attendues à Dakar. Ces rencontres seront fructueuses, de l'avis de la directrice générale de Xcom. Car il s'agira d'échanger des informations concrètes sur les opportunités économiques que peuvent représenter les Ntics. Des thèmes comme la place du Sénégal dans la société de l'information, la sécurité informatique, les logiciels anti-virus et même la modernisation des systèmes informatiques bancaires seront traités par les différents participants à ce salon. Des projets de formation ainsi que des opportunités de marché sont à saisir. Les conférences et tables rondes permettront aux acteurs de nouer des contacts. Et l'exposition des nouveautés du secteur avec des sociétés de renom comme Cisco Systèmes permettra d'être au courant de l'évolution technologique. Le représentant de la zone Afrique de l'ouest et du centre de Cisco, Mamadou Diop, estime par ailleurs que «ce salon va consolider les acquis et permettre au Sénégal d'avancer encore plus dans le secteur». L'objectif visé par les organisateurs est aussi de réduire le fossé numérique qui sépare le Sud et le Nord.

Ce salon qui a débuté en 1997 à Marseille, s'est étendu depuis 2002 à l'Afrique par l'Algérie, le Maroc et la Tunisie. L'organisation au Sénégal cette année, estime la directrice générale de Xcom, Sylvie Reforzo, va permettre de couvrir l'Afrique subsaharienne.

Wal Fadjri