FEU VERT POUR LA PRIVATISATION DE GABON TELECOM MALGRE LES PROTESTATIONS DU SYNDICAT DES TRAVAILLEURS

Actualités Télécom

La privatisation de la société publique Gabon Télécom a débuté avec le gouvernement cherchant à vendre une majorité de 51% des parts et cela malgré les protestations du des syndicats des employés de la poste. L'appel d'offre international qui marqua le début du programme de privatisation en 1997 a été annoncé dans des rapports de la presse locale comme cherchant des "propositions émanant d'investisseurs institutionnels et privés". Selon les termes de l'accord la société dont la proposition sera retenue se verra attribuer une licence d'exploitation du réseau de téléphonie fixe pour 15 ans dont 5 ans sont prévus en exclusivité. Entretemps, Libertis, la filiale de téléphonie portable de Gabon Télécom conservera une partie de la licence GSM qui avait été donnée à Gabon Télécom pour une période de 10 ans.

L'appel d'offre a été critiqué par les employés de la poste qui souhaiten que la part mise en vente soit réduite à 49%. Ils objectent aussi aux plans du gouvernement de liquider Gabon Poste en raison de sa situation déficitaire.

Entretemps un consortium dirigé par la banque britannique HSBC a été employé pour conseiller le gouvernement durant le processus de privatisation.

Business Monitor