GUINEE, NOUVEAU PLAN DE NUMEROTISATION PREVU POUR MARS 2006

Actualités Télécom

Monsieur Sow Mamadou Diouldé, le Directeur National des Postes et Télécommunications, a du mal à cacher sa fierté de son tout nouveau plan de numérotage de la Guinée.

Dans un courrier du 05 janvier adressé aux trois opérateurs téléphoniques ( Sotelgui, Spacetel et Intercel), il demande explicitement le passage des numéros de téléphones de 6 à 8 chiffres, avant le 14 mars 2006, délai de rigueur. Ainsi, tous les numéros de téléphone fixes Sotelgui seront précédés du préfixe 30, les numéros mobiles GSM Sotelgui, le préfixe 60, Spacetel le préfixe 62 et Intercel le préfixe 63.

A titre indicatif, le numéro de votre site qui est actuellement le 55 01 23 sera donc le 60 55 01 23 à partir du 14 mars. « C’est dans un souci de se conformer à un plan général de tous les pays de la CEDEAO », nous jure-t-on à la D NPT…

Nouvel an rimant souvent avec bonne résolution, l’Opérateur Sotelgui ambitionne, de son côté, de vulgariser Internet à Conakry (Kaloum à la Cimenterie) d’ici le 15 février. Pour ce faire, il suffit de se procurer d’un combiné spécial, de technologie canadienne, doté de trois ports (fax, Internet et Téléphone) et d’une antenne miniaturisée. « Le tout peut marcher avec l’énergie solaire » se vante un technicien de Sotelgui.

Si l’on ajoute à cela, l’esquisse d’épilogue au feuilleton tragi comique Investcom- Sonatel, on peut en conclure que l’année commence bien pour le Ministre Sultan. Toutefois, ses soucis sont loin d’être finis : la Sotelgui tarde à vendre les puces !

Certes, l’équipementier chinois Huawei, dans le cadre du contrat qui le lie à Sotelgui, a d’ores et déjà installé un commutateur (Switch) d’une capacité de 1 800 000 abonnés. Néanmoins, des difficultés techniques existent sur l’ancien réseau installé par Alcatel. Toute chose qui entraîne le retard dans la commercialisation des cartes SIM.

Et comme si cela ne suffisait pas et – à la décharge du Ministre ?- depuis le début du nouvel an, la main droite de Sultan s’enfle, inexorablement. L’origine du mal ? Un mystère, au Burkina, on aurait parlé des « wakeurs ». Mais, ceci est une autre histoire….

http://www.boubah.com/article/article.asp?num=1500&cat=6

http//www.boubah.com/article/article.asp?num=1500&cat=6