LES PAYS DE L’AFRIQUE DE L’EST S'ENGAGENT À INVESTIR DANS UN CÂBLE SOUS-MARIN

Actualités Télécom

Au moins 27 entreprises, dont des entreprises d'Etat d'Afrique, British Telecom et France Telecom, se sont engagés à investir dans un système de câble sous- marin.

Le Système de câble sous-marin de l'Afrique de l'Est (EASSy) de plus de 8000 km de long permettra à 15 pays sur la côte est de l'Afrique d'accéder à des services Internet et de télécommunications moins chers et plus efficaces d'ici fin 2007, selon un reportage sur le site IRIN des Nations unies.

EASSy est né de la collaboration entre toutes les entreprises d'Etat et quelques entreprises privées de la région, dont le Kenya, l'Ouganda, le Botswana, Madagascar, le Soudan, la Tanzanie, l'Afrique du Sud et le Burundi.

Le câble sera relié à différents réseaux terrestres nationaux, notamment à Durban en Afrique du Sud, à Port Soudan au Soudan, à Maputo au Mozambique, à Toliary à Madagascar, à Dar es Salaam et Zanzibar en Tanzanie, à Mombasa au Kenya et à Djibouti. Des points de liaison permettront également à des pays enclavés tels que l'Ouganda, le Burundi et le Botswana d'accéder au système.

Le système d'un coût de 200 millions de dollars sera une grande amélioration pour de nombreux pays africains, qui doivent actuellement transmettre leurs appels vers d'autres parties de l'Afrique par des satellites en passant par l'Europe, a expliqué Simon Olawo, chef du secrétariat d'EASSy.

"Le câble, qui se trouvera au fond de la mer, est composé de fibre optique qui transmet les informations sous la forme d'impulsions lumineuses. En termes de vitesse, de coût, d'efficacité et de volume, la fibre optique est supérieure à toute autre technologie y compris le satellite", a-t-il précisé. Fin

Xinhuanet