ILE MAURICE - MTML DÉMARRE SON SERVICE DE TÉLÉPHONIE LOCALE SANS FIL

Actualités Télécom

Des appels moins chers et un bouquet de services attractifs : le concurrent indien de Mauritius Telecom ne cache pas sa volonté de conquérir de grosses parts du marché.

Anita Soni, directrice financière de Mahanagar Telephone Nigam Ltd, estime que son réseau mauricien offre la meilleure technologie en date.

Le dernier monopole de Mauritius Telecom (MT) a pris fin récemment. Mahanagar Telephone (Mauritius) Ltd (MTML) a lancé officiellement son offre de téléphonie fixe locale sans fil qui est commercialisée dès aujourd’hui. Et pour bien faire les choses, elle offre des tarifs inférieurs à ceux de MT en sus de services encore inédits tels que l'échange de SMS par le truchement du téléphone fixe.

Alors que MT facture ses appels locaux à 85 sous pour la première minute et 1 sou la seconde supplémentaire, MTML offre les appels sur son propre réseau à 60 sous la première minute et 0,7 sou la seconde supplémentaire. Un appel généré sur le réseau de MTML et dirigé vers un abonné MT coûtera 75 sous la première seconde et 0,9 sou la seconde additionnelle.

Dans l'immédiat, deux types d'abonnement sont offerts pour le service de téléphonie fixe. La formule Silver coûte Rs 200 par mois, incluant Rs 150 d'appels. La premium, baptisée Gold, est vendue à Rs 500 mensuellement et permet Rs 475 d'appels.

"Notre politique est d'offrir la meilleure qualité au meilleur prix", assure Anita Soni, directrice financière de Mahanagar Telephone Nigam Ltd (MTNL), la maison-mère. Et la compagnie indienne à faim. Sur deux ans, elle compte convertir 100 000 clients de MT sur le segment de la téléphonie fixe locale. Lorsque l'on prend en considération le fait que MT compte 355 515 lignes fixes, on réalise que MTML n'est pas venue s'implanter sous les cocotiers mauriciens pour jouer un rôle mineur.

Pour l'instant, la compagnie limite son déploiement : seules les cinq villes du pays seront arrosées. D'ici mars, son réseau devrait être opérationnel sur l'ensemble du territoire. "Nous espérons avoir un bon response rapidement", souligne Brijesh Mittal, le directeur général de MTML. C'était lors du lancement hier à la MTML Tower, Port-Louis. Les bases pour une rude compétition sont donc jetées. Encore faut-il attendre la riposte de MT. Va-t-elle s'aventurer dans une bataille sur les tarifs ou bien sa stratégie est-elle autre ?

En tout cas, pour le moment, elle ne semble pas s'inquiéter outre mesure. Sollicitée pour un commentaire, la direction de MT indique tout simplement : "Nous accueillons avec plaisir l'arrivée de MTML avec qui nous souhaitons travailler en partenariat pour le progrès du secteur des télécommunications à Maurice."

Pour la compagnie indienne, la bataille se joue également sur le plan de la qualité. Son réseau mauricien est basé sur la technologie CDMA 2000 1x. "C'est la meilleure technologie que l'on peut avoir actuellement", soutient Anita Soni. Les téléphones fixes de MTML permettent l'échange de SMS et offrent plusieurs mélodies au niveau de la sonnerie. Les téléphones de la compagnie permettent également de mémoriser 250 numéros de téléphone. "D'autres avantages viendront plus tard", assure Brijesh Mittal.

A partir de mars, MTML viendra également concurrencer Cellplus et Emtel sur le segment de la téléphonie mobile. L'Internet sera offert en partenariat avec Clickpost.com, également à partir du mois de mars.

Jusqu'ici, l'on ne peut dire que l'aventure mauricienne ait été de tout repos pour cet opérateur, dont l'actionnaire principal est l'Etat indien. En possession de ses licences octroyées par l'Information & Communication Technologies Authority depuis 2004, le démarrage de son service n'a cessé d'être retardé pour des raisons techniques non imputables à MTML. Ce n'est finalement qu'en décembre dernier qu'elle débute ses opérations en lançant son service "060" pour les appels internationaux. Un problème de fréquence a causé un retard de plus de huit mois au niveau de son offre de téléphonie fixe et mobile. Jusqu'ici, environ Rs 450 millions ont été utilisées pour l'implantation de la compagnie et le déploiement du réseau. Rs 300 millions supplémentaires seront investies cette année.

L'entreprise indienne est implantée à Delhi, Mumbai et au Nepal, et compte parmi les rares compagnies indiennes à être cotées à la Bourse de New York. Son chiffre d'affaires montre l'ampleur de cette compagnie qui est considérée par les experts comme étant une des plus prometteuses du secteur des télécommunications sur le plan mondial. Pour l'année financière 2004-05, ce chiffre est de plus de Rs 60 milliards pour un profit net de plus de Rs 5 milliards.

L’Express