L‘ILE MAURICE PARTICIPE AU GRAND PROJET INDIEN DE CREER UN RESEAU ELECTRONIQUE EN AFRIQUE

Actualités Internet

Le Pan African E-Network coûtera des milliards de dollars américains. L'accord sur l'initiative révolutionnaire de relier 33 pays africains par voie électronique a été signé hier.

La visite du président Abdul Kalam a donné un coup de fouet au transfert de technologie indienne vers Maurice. La signature, hier, de deux accords de coopération, l'un portant sur les télécommunications, et l'autre sur la prospection des gisements d'hydrocarbure dans notre territoire marin, témoigne de la volonté de l'Inde de partager son capital scientifique avec les Mauriciens.

La cérémonie protocolaire de la signature du Memorandum of Understanding (MoU) a eu lieu au Prime Minister's Office (PMO) en présence de l'illustre visiteur et du Premier ministre Navin Ramgoolam. Avec la signature du MoU sur les télécoms, Maurice fera partie d'un vaste projet indien de télécommunications en Afrique. Il s'agit du Pan African E-Network, une initiative révolutionnaire pour relier les différents pays africains par voie électronique (satellitaire et câble optique).

L'idée est très chère à Abdul Kalam. C'est lui d'ailleurs qui en est l'initiateur. Il avait fait état du projet pour la première fois en septembre 2004 lors d'une conférence de l'Union africaine (UA) à Johannesburg. Une année plus tard, un accord entre l'Inde et l'UA donne le feu vert politique au démarrage de ce vaste chantier de l'autoroute de l'information.

Pour la Grande Péninsule, c'est une manière de contribuer à faire reculer la fracture digitale du continent africain. Beaucoup de pays africains sont restés à l'écart des technologies de l'information. La connectivité électronique, en Afrique, reste un grand défi pour la communauté internationale par rapport à la réalisation des objectifs de développement du Millénaire.

Mais il n'y a pas que la mise en place de l'infrastructure. Il y a également l'aspect contenu. "Il y a trois composants au projet, à savoir la télé-médecine, la télé-éducation et l'installation du réseau. Nous allons relier 53 pays", indique Parthasarathy Ganesh, directeur technique de Telecommunications Consultants India (TCA), l'organisme chargé de mettre le système en place.

Les nouvelles technologies de l'information serviront de conduit à des prestations de santé et d'éducation vers des régions sous développées de l'Afrique. Les établissements médicaux et éducatifs basés en Inde fourniront des services aux utilisateurs africains via ce réseau. "Un médecin basé à Maurice peut consulter un expert indien de manière instantanée pour un conseil. Le réseau sera connecté à des centres de connaissances. Des étudiants ici ou sur le continent pourront suivre des conférences dispensées par des universités indiennes à travers des moyens de communications modernes", explique-t-il.

Financement pour cinq ans

Le Pan-African E-Network Project coûtera plusieurs milliards de dollars américains. L'Inde financera l'acquisition du matériel informatique et de logiciels pour les cinq premières années.

L'autre MoU concerne la prospection des ressources d'hydrocarbure dans la zone économique exclusive (ZEE) de Maurice. L'ac- cord a été paraphé par le haut-commissaire indien à Maurice, Pripuran Singh Haer, et le directeur du Mauritius Institute of Oceanography, le Dr Mitrasen Bhikajee.

L'Inde dispose d'une technologie et d'une logistique de recherche éprouvée. Il n'y a jamais eu une réelle volonté politique à Maurice pour chercher l'or noir et d'autres ressources minérales dans la ZEE. L'offre d'assistance des Indiens peut s'avérer utile au nouveau secteur de la land-based oceanic industry sur laquelle travaille le gouvernement.

(SOURCE : L'Express)