NTIC : LES FUTURS ANIMATEURS DES CENTRES ADEN EN FORMATION AU BURKINA-FASO

Actualités informatiques

Le projet Appui à la décentralisation numérique (ADEN) commence à pointer le nez au Burkina Faso. En atteste le conclave du village Nomgana dans le département de Loumbila à 20 km au nord de Ouagadougou qui a rassemblé en formation les 21, 22 et 23 février, les gestionnaires et animateurs des centres ADEN du Burkina au nombre de 32.

Le projet Appui à la décentralisation numérique (ADEN) a été initié par le ministère français des Affaires étrangères et visant à développer les TIC (Technologies de l’information et de la communication) en Afrique. Son ambition est de créer un réseau de points d’accès publics à internet surtout dans les zones semi-urbaines et rurales.

M. Jacques de Mones, conseiller adjoint de coopération à l’ambassade de France au Burkina, qui a présidé l’ouverture de la formation, a précisé que 13 pays francophones mais aussi anglophones, tel le Nigeria et lusophones, tel le Mozambique sont concernés par le projet qui dans un premier temps, ouvrira 60 points d’accès à internet sur le continent.

Le Burkina, à lui seul, bénéficie de 16 centres dispersés sur l’ensemble du pays. On en trouve au Sahel (Gorom-Gorom et Séba), au Sud-Ouest (Gaoua et Dano), au Nord (Ouahigouya), au Centre-Sud (Kombissiri, Pô), à l’Est (Diapaga). Cette part de loin accordée au Burkina est due au fait qu’en matière de TIC notre pays est justement loin d’être un lion. Enclavé au niveau des TIC et même géographique l’on comprend pourquoi il bénéficie de 16 centres. Les centres ADEN comportent 3 volets :

des équipements et des connexions adaptés aux besoins et contraintes locales.

et l’appui à la production locale des contenus et d’application informatique.

Les principaux responsables de la mise en œuvre du projet ADEN au Burkina sont messieurs Michel Pepin et Daniel Payot. Tous deux travaillent à l’Université de Ouagadougou au titre de la coopération française. Ils sont assistés par Mme Marie Claude Viguier- Matinez et M. Olivier Alais.

La formation de Nomgana a permis aux délégués des associations bénéficiaires des centres de comprendre et d’assimiler l’esprit et la philosophie du projet ADEN. Ils ont aussi appris comment gérer et animer un espace communautaire d’accès à internet et comment concevoir un calendrier judicieux de formation des différents publics, selon leur emploi de temps et leur niveau.

L’expérience de l’association Yam-Pukri dans ces domaines a été fort utile aux participants. C’est d’ailleurs le président de ladite association, le très expérimenté en matière informatique Sylvestre Ouédraogo, qui a dispensé les modules cités.

Quant a Izaï Toé de la DELGI, Stanislas Ouaro et Yacouba Ouattara de l’IBAM (Institut burkinabè des arts et métiers) ils ont appris aux futurs gestionnaires et animateurs des centres ce qu’est-ce système de logiciels libres qui prévaudront dans les centres ADEN pour les avantages qu’il offre (moins coûteux, moins de virus, amélioration facile et revente possible....). Il faut enfin signaler qu’ADEN possède depuis 2 ans, un portail Afrique qui est www.africanden.net.

Un site ADEN Burkina est également en construction. D’ores et déjà les internautes peuvent se préparer à le visiter très prochainement.

(SOURCE : Sidwaya)