Niger: Les compagnies de Téléphonie Zain et Moov sanctinées

L'éditorial du mois

Téléphonie cellulaire - Le gouvernement nigérien a pris mercredi des sanctions contre les compagnies de téléphonie cellulaire Zain et Moov, qui ont vu la durée de leurs licences d'exploitation réduite respectivement de cinq ans et trois ans pour "manquements à leur cahier des charges".

Selon le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Kassoum Mahamane Moctar, ces sanctions sont consécutives à une décision du Conseil national de l'Agence de régulation multisectorielle (ARM), qui avait déjà requis des sanctions à l'encontre des deux opérateurs.

Ces mesures disciplinaires ont été bien accueillies par plusieurs organisations de la Société civile nigérienne qui n'ont pas caché leur satisfaction, comme le responsable de la Coordination des organisations des droits de l'Homme (CODDH), Moustapha Kadi, pour qui la décision est à saluer.

"Cette décision est fondée, tel qu'en témoigne la cherté de la communication qui est une aberration quant on connaît le revenu des ménages nigériens", a-t-il indiqué. Zain et Moov occupent plus de 75% du marché de la téléphonie mobile au Niger.

Pour le président de l'Association de défense des droits des consommateurs (ADDC/Wadata), Nouri Mamane, "ce n'est que justice faite à travers cette décision qui est une autre preuve de la bonne marche du processus de refondation de notre République qui met au centre de ses préoccupations l'intérêt des citoyens nigériens".

A l'origine de ces mesures se trouvent les tarifs pratiqués au Niger par ces opérateurs et qui, selon les observateurs, sont des plus élevés de la sous-région ouest-africaine, sans compter une qualité du service souvent décriée par les consommateurs.

(Source : PANA)