Un réseau mafieux détourne une partie du trafic international entrant à Congo Télécom

Actualités Télécom

Le ministère des Postes et télécommunications a découvert ce jeudi 4 février, au niveau de la centrale de Congo Télécom située au rond-point Koulounda à Ouenzé, dans le cinquième arrondissement, un réseau mafieux qui détourne une partie du trafic international entrant.

L'opération conduite par l'inspecteur des postes et télécommunications, Julien Epola, avec l'appui d'un huissier de justice, Me Jean Ignace Massamba, a permis de démonter les équipements installés dans la centrale de Ouenzé par un sujet étranger non encore identifié.

Montés sans nul doute avec la complicité de certains cadres de cette structure en charge des installations, ces équipements branchés sur une ligne numérique échappaient depuis quelque temps au contrôle du centre de supervision mis en place pour visualiser tous les appels internationaux.

« Depuis longtemps, on a suivi la localisation de ces équipements qui constituent un détournement d'une partie des trafics entrant. Après recherches, il a été descellé que ceux-ci étaient disposés, en violation des règlements, dans les locaux de Congo Télécom, notamment au niveau de la centrale de Ouenzé », a expliqué à la presse, Julien Epola.

« Nous sommes descendus sur le terrain, sur instruction du ministre de tutelle pour récupérer ces équipements et remettre de l'ordre en attendant de dégager la responsabilité de toutes personnes impliquées dans cette fraude », a-t-il précisé.

L'existence de ces équipements au niveau de la centrale d'Ouenzé ne se justifie par aucun document officialisant sa connexion au réseau de télécommunication. Pourtant, ils ont été branchés sur une ligne spécifique qui échappe au contrôle des agents de ladite centrale. « La particularité de ce client est qu'il est branché sur une numérique. Ce que le client fait derrière cette ligne nous est inconnu », a reconnu un des responsables de la centrale.

La mise en service de ces équipements cause, selon Julien Epola, des préjudices dans le secteur des télécommunications au point que cela constitue un véritable manque à gagner, tant pour l'Etat que pour les opérateurs privés installés au Congo.

Le centre de supervision et de contrôle du trafic international entrant en République du Congo a été inauguré en août dernier par le ministre des Postes et des télécommunications, Thierry Moungalla. La mise en service du système de contrôle du trafic international entrant permettrait au Congo de gagner 12 milliards de Fcfa par an.

Ainsi, face à ce détournement des trafics entrant, l'huissier de justice qui a en charge ce dossier, entend établir rapidement son rapport en vue de son examen par le procureur général qui devra se prononcer sur les faits.

Les dépêches de Brazaville