« Africa Telecom People» conférence et Award 2010: l’annonce d’un Nouvelle Ere!

Actualités Télécom

Laurent Marx et Sylvain Béletre de Balancing Act ont assisté à la sixième édition de l’"Africa Telecom People" qui s'est tenue le vendredi 12 février 2010 au Palais des Congrès, à l'ouest de Paris (France).

Voici les éléments du congrès à retenir si vous n’y étiez pas !

Ce congrès fut l’occasion de mettre l’accent sur les problématiques liées au secteur des télécommunications en Afrique et d’en cerner les tendances à venir.

Résumé du Programme – tendances:

Le RV s’est décliné en une conférence plénière et plusieurs séminaires.

Sur les participants, l’absence de Thierry Moungalia, Ministre des Postes et Télécommunications du Congo et d’Hamed Bakayoko, Ministre des "NTIC" de Côte-d'Ivoire a été beaucoup regretté.

Marc Rennard, vice-président d’Orange AMEA a insisté sur la progression de l’opérateur sur l’ensemble des pays où la société est présente, du fait d’investissements majeurs dans le déploiement de nouveaux réseaux de fibre optique et mobiles sur le continent.

A l’instar d’autres intervenants, il a évoqué la question du contenu en Afrique et notamment du contenu local qui permettra d’augmenter l’utilisation du mobile tout en relevant que le développement des infrastructures reste un élément déterminant.

Dans cette perspective, profitant du partenariat avec la CAN (Coupe d'Afrique des Nations) de 2010, Orange a réalisé un investissement important dans le contenu en mettant en œuvre un portail panafricain nommé StarAfrica.com. Il s’agit d’un véritable portail alimenté par des contenus locaux.

Par ailleurs, sur le secteur de l’e-banking qui est en forte croissance sur l’ensemble du continent, le succès d’« Orange Money » pourrait être reproduit dans d'autres pays africains. En effet, il a été rappelé que seulement 5% des Africains ont un compte bancaire.

De plus, Marc Rennard a affirmé qu’« Orange s'attend à une croissance à deux chiffres en 2010 sur l’Afrique en ce qui concerne le déploiement 3G, même si cela reste subordonné à l'attitude des instances réglementaires, fiscales et politiques de chaque pays africain ».

Il est à noter qu’Orange s'est engagé sur des objectifs en matière de développement durable, et s'est fixé pour but de réduire de 20 % ses émissions de CO2 d'ici à 2020. Pour cela, il compte notamment sur le projet Oryx, qui vise à déployer des stations solaires en zones rurales en Afrique. Mis en œuvre en 2007 sur 35 sites au Sénégal, ce concept lui permet d'étendre la couverture se son réseau mobile dans des zones qui ne peuvent être reliées au réseau électrique en raison de l'absence d'équipement.

Rémy Fekete du Cabinet d’Avocats Gide Loyrette Nouel, l'un des cabinets d'avocats d’affaires les plus présents en Afrique aussi bien francophone qu’anglophone et lusophone a brossé un tableau approfondi et magistral de la situation réglementaire des télécommunications ainsi que de ses enjeux actuels en Afrique.

Demba Diop, Directeur des services aux entreprises chez MTN Côte-d'Ivoire a mentionné que MTN a également investi massivement (plusieurs millions de dollars) en droits de football et sur le contenu web. Monsieur Diop a aussi signalé que MTN avait signé un accord avec TraceTV, une chaîne présente dans toute l'Afrique et qui est diffusée dans 130 pays. Ce nouveau service disponible via une offre prépayée "MTN Trace Mobile» permet de télécharger de la musique, des clips vidéo et de bénéficier d'autres liens multimédias. L'offre, fixée à US$9 cible les jeunes urbains et comprend un service voix, un pack de données disponibles gratuitement le week-end et un service SMS gratuit ainsi que l'accès au club Trace, une plateforme interactive.

MTN a lancé l'offre à la fin décembre 2009 au Cameroun et en février 2010 en Côte-d'Ivoire. D’ores et déjà, cette offre a permis à l'ARPU d’augmenter !

Il convient de rappeler qu'en plus d’être producteur de contenu, Trace est aussi un fournisseur d’accès internet et un organisateur d'événements.

Corinne Lozé, Directrice Générale d’Orange StarAfrica.com, a présenté le lancement d’un portail d’information panafricain en développement, en mettant l’accent sur les nouvelles rubriques liées à l'actualité, le sport, la musique et l'éducation (voir le site : www.starafrica.com). L’équipe de StarAfrica.com est pour l’instant composée de 5 permanents et de 15 correspondants provenant de divers pays d’Afrique.

L’interface du site permet aux utilisateurs d’interagir en réseau, renforçant ainsi le contenu local et le partage d'opinion.

Le site permettra également de développer de nouveaux domaines afin de promouvoir la communication émanant de particuliers et d'entreprises en Afrique.

Corinne Lozé lance un appel aux fournisseurs de contenu africain pour qu’ils se mettent en contact avec la société afin de leur offrir plus de visibilité web et d’augmenter le flux d’information captée par StarAfrica.com.

Laura Recuero Virto, économiste au Bureau de l'OCDE Afrique & Moyen-Orient a mis en évidence plusieurs tendances, initiatives et questions liées à l’apport des nouvelles technologies sur le développement humain en Afrique.

Selon les dernières études, si 4 africains sur 10 ont accès à un téléphone mobile actuellement, ils seront 6 sur 10 en 2012.

L'OCDE publie un rapport annuel sur l'état des nouvelles technologies en Afrique, avec la perspective de soutenir de nouveaux moyens de développement liés à ces technologies. L'information est recueillie par des représentants de l'OCDE envoyés dans chaque pays. Ce rapport a pour ambition d’être un observateur attentif des différentes initiatives mises en œuvre sur le continent et qui répondent à des problématiques spécifiques à l’Afrique.

À titre d'exemple, le gouvernement du Cap-Vert a lancé une plateforme gouvernementale virtuelle exemplaire de type « e-government » afin de regrouper et de rationaliser les informations administratives et les demandes des usagers.

De même, le projet pan africain "Esoko" de l'entrepreneur Mark Davies au Ghana a été mentionné comme une initiative remarquable pour le développement du marché agricole local, avec la possibilité d’accès à des données numériques en temps réel dans le but de mieux informer les éleveurs sur les perspectives de vente et sur le cours des marchés locaux.

Ce système d’information a permis de réduire jusqu’à 90% des coûts intermédiaires, d’obtenir un gain de temps essentiel et de rationaliser les processus et les et les ressources de production et de distribution. Le rapport de l’OCDE se veut le plus complet possible et se penche aussi sur les problèmes liés à l’apparition des nouvelles technologies, tel que l'absence de recyclage des déchets électroniques.

Nadine Berezak-Lazarus, Directrice Générale de la société BMP télécommunications consultants basée en Allemagne, a décrit le processus "PPP" (Partenariats Public-Privé) et les meilleures pratiques sur le déploiement des réseaux à fibres optiques au niveau régional et à la mise en place d'un accès universel.

Serge Thiémélé, associé du « Global Telecom Center » chez Ernst and Young Côte d'Ivoire, a présenté un exposé très intéressant sur les pratiques et les éléments cachés des KPIs (key performance indicators) fournis par les fournisseurs de services télécoms.