Cameroun: L'ART demande une nouvelle baisse des tarifs

Actualités Télécom

C'est l'une des principales annonces faites par l'Agence hier au cours d'une concertation avec ses partenaires.

Avec huit millions d'abonnés au téléphone mobile à ce jour, il devient plus qu'impératif pour l'Agence de régulation des Télécommunications de voir dans quelle mesure satisfaire cette masse de consommateurs. La baisse des tarifs de télécommunications prévue dans les semaines à venir, fait partie des trois grands chantiers auxquels l'Agence et ses partenaires devront faire face cette année. Il s'agit également de développer le marché des services à valeur ajoutée. Cela sera fait en corrigeant le déséquilibre observé dans la répartition des revenus. A cet effet, Fokou Gankam, conseiller technique N°1 et représentant du directeur de l'Agence, a exhorté les opérateurs du secteur à respecter les engagements pris dans le cadre des catalogues 2010, notamment : la baisse des tarifs d'interconnexion et l'interconnexion des fournisseurs des services à valeur ajoutée. Dans le cadre de la protection du consommateur, des actions sur l'amélioration de l'information des consommateurs en matière de lisibilité et de transparence tarifaire se poursuivront cette année.

L'ART, pour cette nouvelle année 2010, compte revisiter la loi sur les télécommunications, la gestion des fréquences et le déploiement des réseaux à fibre optique. Malgré les avancées considérables enregistrées dans le secteur, il reste beaucoup à faire à en croire les constats faits par la direction de l'ART. Un faible taux de pénétration des services internet, des tarifs relativement élevés, un réseau de transport à fibres optiques très réduit, l'utilisation non-autorisée des fréquences par certains acteurs et l'absence de réponse et de visibilité sur la question de la convergence. Voilà les principaux maux du secteur. Afin de pallier ces aspects négatifs, l'agence a proposé à ses partenaires une « régulation concertée » afin de mieux réguler.

Cameroon Tribune