Le problème d'interconnection s’aggrave en Guinée

Actualités Télécom

A l'heure qu'il fait, les guinéens usagers du téléphone mobile vivent un véritable calvaire et ne savent plus à quel saint se vouer tellement que l'interconnection se pose avec acuité. Si de par le passé, il suffisait d'essayer une ou deux fois pour avoir son correspondant, maintenant ce n'est plus le cas. Car il faut tenter pendant plus d'une dizaine de minutes pour réussir voire même impossible. Et ce, nonobstant la promesse tenue par les agents de l'autorité de régulation des télécommunications d'amener les différents opérateurs téléphoniques à résoudre ce problème pour faciliter la tache aux abonnés. Mais rien ne semble être fait dans ce sens pour le moment. Les difficultés que rencontrent les abonnés des différents opérateurs de la téléphonie mobile sont légion.

Si vous êtes d'une autre maison de téléphonie, dès que vous essayez, il est devenu monnaie courant d'entendre: "réseau occupé ou votre correspondant n'est pas joignable...veuillez rappeler ultérieurement. Merci..".ou encore "il est hors de la zone de couverture ou l'appareil est éteint..."

A défaut, les interférences se passent de tout commentaire. Dès fois on peut appeler Fodé, c'est un Zoumanigui qui répond. Quel paradoxe? C'est pourquoi, il est fréquent de voir certains clients avec deux voire quatre téléphones à la fois pour éviter le calvaire que connaissent les usagers d'un seul téléphone.

Selon nos sources, certains opérateurs n'hésitent même plus à pointer le doigt accusateur sur le coût élevé de consommation des groupes électrogènes alimentant les différents pylônes.

Voilà un des défis qui attendent le successeur de Mathurin Bangoura que certains ont surnommé de "l'artilleur du développement". L'on se rappelle que Justin Morel Junior à son arrivée à la tête du Département de la Communication et des NTIC en avril 2007, avait dit la même chose. Mais trois ans après, même s'il y avait eu une nette amélioration à son temps, les réseaux de la téléphonie guinéenne ne cessent de se dégrader.

En tout cas, le Ministre entant Talibé Diallo a du pain sur la planche. Même s'il avait juré la main sur le palpitant le jour de sa prise de fonction de résoudre ce problème et de façon définitive. Mais attendons de voir car qui vivra verra, a-t-on coutume de dire.

Aminata