Toujours pas de rédressement économique à l’horizon pour la Socatel

Actualités économiques

‘’ M. Maleyombo ! Non à l’injustice Sociale. Payer nos droits acquis’’, c’est en ces termes que le Collectif des démissionnaires de la Socatel a interpellé au cours d’un sit-in organisé devant le Ministère des Postes et Télécommunications chargé des Nouvelles Technologies (MPTNT), le ministre de tutelle, Thierry Maleyombo.

Pour le Collectif des démissionnaires de la Socatel, leur ministre les a tellement abreuvés et qu’ils ne peuvent plus lui faire confiance.

Selon M. Jean – Paul Ngassenemo, en envoyant 104 agents et cadres de la Socatel en chômage technique le ministre Maleyombo avait pris l’engagement de reformer la Socatel. Trois mois après, non seulement il na pas réussi à asseoir les reformes qu’il a tant vantées, mais il a programmé la mort certaine de la Socatel qui n’existe plus que de nom.

Pour illustrer son affirmation, M. J-P Ngassenemo mentionne, qu’après 3 mois de reforme, la Socatel n’a fait que 3 millions de recettes et à son actif 3 autres millions d’arriérés.

Et pourtant, renchérit le Coordonnateur du Collectif des démissionnaires de la Socatel, Maleyombo avait fait miroiter des investissements de plus de 20 milliards pour les infrastructures et équipement de la Socatel. Mais trois mois après, les partenaires qui devraient investir pour relancer la Socatel tardent à pointer leur nez pour ne fut-ce que amuser la galerie.

Ne pouvant plus tenir ses promesses de réformer la Socatel, le ministre Maleyombo, selon, les agents de la Socatel vient de reconduire pour 3 mois, le chômage technique pour des gens qui ont refusé ledit chômage et accepter de démissionner individuellement de la Socatel.

Nous ne voulons que nos droits acquis et rien d’autres commentèrent les cadres et agents présents à ce sit-in. Un vœu illustré par une chanson de circonstance ‘’Sioni yombo i ke awé, i yé gui nguiza ti i’’, autrement dit, ‘’Mauvais parfum (NDLR. faisant référence au nom du ministre Maleyombo) nous n’en voulons plus, nous voulons seulement notre argent’’.

Et M. Ngassenemo d’inviter le ministre Maleyombo de prendre sa responsabilité politique pour démissionner de la Socatel qu’il n’a pas réussi à réformer.

La prochaine étape, conclut le Coordonnateur du Collectif des démissionnaires de la Socatel, nous allons convier nos épouses, enfants et parents à se joindre à nous pour demander au ministre Maleyombo de nous payer nos droits acquis. Car, cela est une injuste Sociale et une atteinte au droit à l’Education de nos enfants à un moment où ceux de Maleyombo sont tranquilles à l’étranger.

Le Confident