La Côte d’Ivoire de plein pied dans la 3ème Génération

Actualités Télécom

La Côte d’Ivoire est de plein pied dans la 3G ou réseaux mobile de 3ème Génération. Des dispositions particulières ont été prises en vue d’offrir aux consommateurs ivoiriens, les bienfaits de cette évolution technologique.

La Côte d’Ivoire se prépare à faire son entrée dans l’univers de la 3ème Génération des télécommunications, à travers la délivrance prochaine des licences 3G. Pour ce faire, une Commission d’attribution de la Licence 3G a été mise en place. Sa mission, définir les conditions et les modalités d’octroi. La mise en place du réseau de 3G n’est pas un effet de la mode. Mais, c’est une nécessité pour le développement de ‘’l’industrie’’ du téléphone mobile en Côte d’Ivoire, comme l’indiquent des professionnels du secteur. Car, tous sont convaincus que les services existants (Réseaux 2ème Génération) ont atteint leurs limites. A tel point qu’ils n’arrivent plus à satisfaire les besoins des usagers, notamment l’Internet mobile. «On ne saurait parler de licence 3G actuellement disponible.

Cependant, en vue de permettre aux abonnés de bénéficier de nouveaux services disponibles grâce aux évolutions technologiques, de favoriser et de développer le marché des télécommunications et de l’Internet, des réflexions sont en cours sur les conditions d’attribution des licences de troisième génération, communément appelées licences 3G», indiquait Mlle APETEY Fabienne, Sous-directeur du contentieux juridique à l’ATCI, dans un entretien accordé à l’IA. Les obstacles liés aux réseaux 3G ont été prouvés par des études prospectives. D’où la mise en service prochaine des réseaux 3G. Ces services attendus de tous, permettront d’améliorer les performances des réseaux afin de faire décoller l’Internet mobile et les services multimédia. Mais, aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, la mise en place des réseaux 3G ne saurait régler les problèmes. Car, des difficultés d’accessibilité des terminaux (téléphones portables) de 3ème G demeurent. Le problème crucial est que les terminaux adaptés aux réseaux 3G coûtent encore cher. Et pourtant, le succès du réseau 3G en dépend. Les terminaux 2G ne peuvent pas fonctionner sur les réseaux 3G. Seuls les détenteurs des terminaux de 3G auront la possibilité de visualiser des séquences vidéo, jouer en réseau, écouter de la musique et bénéficier d’autres avantages que n’ont pas les abonnés des réseaux classiques. C’est depuis 2000 que les services et réseaux 3G ont été mis en service. Certains pays africains dont le Maroc, le Ghana, le Sénégal l’ont déjà.

Le secteur de la téléphonie est en nette progression en Côte d’Ivoire. Au troisième trimestre 2009, le nombre des abonnés (ou détenteurs de puces) avait atteint 11.904.418 dont 4.201.932 pour Orange Côte d’Ivoire et 4.136.525 pour MTN. Les sociétés Moov, Comium et Oricel représentent respectivement 16%, 08% et 05% du total du nombre des abonnés. En termes de chiffres d’affaires, c’est à peu près 850 milliards de FCFA qui ont été réalisés pour 100 milliards de FCFA d’investissement. En termes d’offres d’emplois, le secteur de la téléphonie est le secteur qui emploie le plus en Côte d’Ivoire. Au premier trimestre 2009, le nombre de travailleurs est passé à 2017 à 2376. Probablement, avec la délivrance des licences 3G, ce nombre d’emplois dans le secteur de la téléphonie devra accroître pour le bonheur des Ivoiriens.

L’Intelligent