Tunisie-Logiciel Libre : Pas assez cher, mon fils !

Actualités informatiques

Quand on demande à Hatem Zidi, pourquoi la plupart des sociétés à travers le monde (dont la Tunisie) utilisent des logiciels payants, donc plus chers au lieu des solutions Open source il répond avec un petit sourire « La nature humaine est faite ainsi ! Les gens pensent que tout ce qui est cher est forcément meilleur. Ce qui n’est pas toujours le cas ! Pis : chaque jour, le monde se fait arnaquer sans même se rendre compte !». Comme argument, il donne pour exemple une suite bureautique ultra connue que l’éditeur vend à prix d’or mais dont l’utilité se limite uniquement à quelques fonctions (80% du reste demeure inutile) !!! « Ce n’est pas en vendant le produit qu’on va gagner de l’argent mais en vendant uniquement le service adéquat » souligne-t-il. Et il sait de quoi il parle puisque M. Zidi est Chef de projet et architecte Open Source chez Open Vision.

Cette déclaration iconoclaste a fusé lors d’une conférence dédiée à l’Open Source et les Logiciels Libres, qui a eu lieu mardi 2 mars, à l’Ecole Nationale des Ingénieurs de Tunis (ENIT). L’événement a été organisé par l’AIESEC, une organisation estudiantine favorisant l’échange des compétences à travers le monde entier.

La conférence a accueilli des spécialistes tunisiens du logiciel libre dont Hatem Zidi, et Nihed Mbarek, l’un des cinq représentants du projet Fedora en Tunisie, et membre actif de la Communauté du Libre en Tunisie. Les deux orateurs se sont fait une joie de partager leur passion commune pour l’univers de l’Open Source face à une audience d’une quarantaine d’étudiants.

Après une brève introduction sur l’Open et le Closed Source, Mr. Hatem Zidi a expliqué l’importance du logiciel libre au sein de l’Entreprise. Il a également évoqué l’industrialisation de cet outil qui a permis la conception de plusieurs ERP destinés aux entreprises, tout en démontrant que la cohabitation pacifique entre logiciels payants et non payants est non seulement possible, mais souhaitable. Il précise même que malgré des problèmes récurrents liés à l’incompatibilité de certains logiciels libres avec ceux payants « des entreprises assez mûres ont recours à des ERP développées en Open Source ».

Qu’il s’agisse du secteur privé ou public, force est de constater que l’Open Source est de plus en plus présent au sein des entreprises et des organismes publics. Il présente ainsi des solutions liées à l’administration système, la bureautique, la supervision, les portails et les applications collaboratives… En France par exemple, 96% des organismes du secteur public ont déjà eu recours à ce type de solution contre 82% pour le privé selon un article paru dans Silicon.fr.

Tekiano