Congo-Kinshasa: La RDC sera totalement couverte par la Télévision numérique Terrestre (TNT)

Actualités de la convergence

La République Démocratique du Congo vient de s'engager résolument dans un processus de révolution technologique. Au demeurant, à l'instar des certains pays africains ou d'ailleurs, tels le Gabon, l'Afrique du Sud, le Maroc, le Kenya , où le processus de numérisation est assez avancé et porte déjà du succès escompté, la RDC doit s'adapter, d'ici le 17 juin 2015 dans l'ère de la Télévision Numérique Terrestre (TNT).

C'est-à-dire, tourner définitivement la page du système de télévision analogique avec son cortège de désagréments: brouille, contraste, interférence pour céder la place à la télévision numérique. Notons que des essais sont en cours notamment, à l'Ile Maurice, en Namibie, en Tunisie et au Nigeria. C'est dans cette perspective que le Ministre Congolais de la Communication et des Médias, Porte- Parole du Gouvernement, M. Lambert Mende Omalanga, en collaboration avec TéléConsult, Conseil Technique du gouvernement dans ce processus d'implantation de la Télé numérique sur toute l'étendue du territoire national, représenté par son Directeur général, Angelo Parenti, a animé une conférence débat en vue de préparer petit à petit, l'opinion congolaise à l'entrée dans la nouvelle technologie de l'information et la communication.

C'était le mardi 2 mars 2009, à l'Hôtel Sulutani devant une poignée importante des patrons de chaînes des radios et télévisions qui fonctionnent encore de manière décousue. En effet, devant les patrons de chaînes des radios et télévisions, quelques Editeurs et professionnels des médias, le Porte-parole du Gouvernement a énoncé, de façon claire et concise, le mode de fonctionnement de la Télé Numérique Terrestre qui présente beaucoup d'avantages par rapport à l'actuel système analogique.

Somme toute, la TNT est le mode de diffusion audiovisuelle terrestre en numérique, dans lequel les signaux vidéo, audio et de données ont été numérisées pour être ordonnés dans un flux unique- le multiplex- avant- d'être modulés puis diffusés, c'est-à-dire transportés jusqu'aux antennes râteaux des téléspectateurs. Elle présente donc l'avantage de réduire le nombre de fréquences indispensables à l'industrie télévisuelle et à couvrir le monde entier. Ce qui permet d'augmenter l'offre des programmes. Il va falloir que la TNT implique l'exploitation d'une télévision payante, la télédistribution. La TNT va révolutionner, à la fois, le son et l'image. Un son plus clair qui ne souffre pas de bruits parasites comme cela peut être le cas avec la télévision traditionnelle. Un stéréo.

Le Gouvernement de la République s'en félicite totalement dans la mesure où la TNT est pour la RDC une solution à l'épineux problème qui se pose avec l'occupation par nos entreprises audiovisuelles de la quasi-totalité des bandes du spectre des fréquences radio télévisuelles du Pool Malebo que la Capitale Kinshasa a, pourtant, en partage avec Brazzaville, Capitale de la République du Congo. Il sera possible de réduire sensiblement le nombre des fréquences utilisées pour faire droit aux revendications légitimes de nos voisins d'en face. Contre toute attente, les responsables des entreprises audiovisuelles ont tout de même manifesté une vive inquiétude en rapport avec cette nouvelle technologie. Le premier serait celui lié à la fermeture à cause du coût élevé de matériel moderne dont notamment l'émetteur, la fréquence, les décodeurs, l'acquisition d'un bâtiment approprié Le deuxième risque se situe au niveau de recyclage des ingénieurs et techniciens qui travaillent dans ces différentes chaînes pour lesquelles, les propriétaires n'ont souvent pas de moyen pour envoyer le personnel en formation.

En ce qui concerne le coût du matériel, Dieu Merci Mutombo qui a, tour à tour, intervenu au nom du Ministre Mende qui a quitté peu avant la clôture pour d'autres charges d'Etat, a déclaré qu'une Loi en discussion à la Chambre haute du Parlement sera promulguée dans les prochains jours. Cette Loi va fixer les obligations du diffuseur et celles de l'utilisateur de la radiodiffusion sonore et télévisuelle ainsi que les droits du public. Certaines indiscrétions extrapolent en disant qu'avec la TNT, chaque chaîne pourra payer la somme de 15.000 USD par mois. Tandis que la population qui n'a pas assez de revenu pourra, elle, payer un décodeur estimé à 40, 50 ou 60 USD. Ou carrément, le téléviseur sera vendu désormais en kit complet avec décodeur. Le directeur général de TéléConsult A. Parenti a dévoilé que sa firme qui travaille en partenariat avec la RTNC et le Renatelsat a la charge d'installer 12 émetteurs dans 20 villes de la RDC. Avec 72 chaînes de télévisions en raison de 10 chaînes pour chaque émetteur. Binza constitue donc le centre de diffusion nationale.

Et les images qui vont couvrir le pays et pourquoi pas le monde entier, partiront du centre de Binza. Pour ce qui est de la technologie avec fibre optique, cette technologie permet aussi de réduire le coût au numérique ou stellite. Elle présente aussi des avantages. Mais, à la seule différence que s'il y a des travaux de voiries qui se font sur les chaussées, une fois les fibres sont coupées, les signaux seront immédiatement aussi coupés. Pour l'instant, il n'y a pas cohabitation entre l'OCPT et TéléConsult dans ce projet. En définitive, l'opinion doit retenir que 72 chaînes seront implantées à Binza et la plupart des questions trouveront leurs solutions à travers la loi sous examen. Le Directeur de Cabinet invite tout le monde à se conformer à la nouvelle technologie. Car, il nous faut, nous aussi prendre l'envol de développement. Beaucoup de pays y accèdent déjà, pourquoi pas le Congo ? S'interroge-t-il. Cessons de nous plaindre.

Bien au contraire, la conférence doit permettre aux usagers, de formuler des recommandations au gouvernement en matière de gestion de fréquence, a conclu Dieu Merci Mutombo, Directeur de Cabinet Mende. Il convient de signaler que pour l'heure, il n'y a que quatre chaînes qui sont branchées sur la nouvelle technologie et qui sont sur satellite, notamment la RTNC 2 et 3, la RTGA et Digital Congo.

La Prospérité