Informations météorologiques - Les services francophones d'Afrique à l'ère du numérique

Actualités de la convergence


Les services météorologiques de quatorze pays francophones d'Afrique viennent d'être mis au diapason des avancées technologiques dans le domaine. C'est ainsi que la Grande-Bretagne a mis à leur disposition un nouveau logiciel qui devrait renforcer leur notoriété et leur crédibilité et, partant, leur efficacité.

Les services météorologiques nationaux de quatorze pays francophones d'Afrique s'adaptent au numérique. Depuis hier, et ce pendant deux semaines, ils sont en train d'être initiés à un nouveau logiciel dénommé 'Météo média'. C'est le service météorologique de la Grande-Bretagne (Uk Met Office) qui leur a offert cette formation. Ces services météorologiques africains avaient auparavant reçu des équipements informatiques d'enregistrement audiovisuel, avec un logiciel pour la présentation et la diffusion des bulletins météo par des chaînes de télévision comme la Radio télévision sénégalaise (Rts) au Sénégal. 'L'ancien logiciel appelé 'I play' étant aujourd'hui limité à cause des avancées technologiques, ce nouveau logiciel va apporter beaucoup d'amélioration à la préparation et la diffusion des informations météorologiques vers les usagers à travers les chaînes de télévisions', a souligné Abdou Aziz Diop, présentateur vedette de la météo nationale.

 Selon le directeur général de l'Agence nationale de la météorologie du Sénégal (Anams), depuis décembre 2009, Uk Met Office avait saisi son institution pour que le Sénégal abrite cet atelier de formation, à Dakar, avec un financement de la Grande Bretagne dans le cadre de son Programme de coopération volontaire (Pcv), en faveur des pays francophones et d'Afrique et aussi dans le cadre de la politique et programme d'assistance de l'Organisation mondiale de la météorologie (Omm), en faveur des pays en développement.

Pour Mactar Ndiaye, ce séminaire atelier vient à son heure au vu de l'évolution technologique et de l'exigence d'un service de qualité de la part de leurs collaborateurs directs et des téléspectateurs. 'Nos pays ont compris que la notoriété et la crédibilité d'un service météorologique résident dans sa capacité de mettre, à la disposition du public, des produits manifestement utiles, fiables et de qualité', a-t-il indiqué.Aussi, a-t-il invité les participants à tirer le plus grand avantage de la présence des experts de très haut niveau à la rencontre de Dakar.