Mobutu Nzanga dit niet au dégraissement des agents de Vodacom Congo

Actualités Télécom

Le Vice-Premier Ministre en charge de l'Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale, Mobutu Nzanga, vient de taper le point sur la table. Il vient de terminer l'étude des dossiers sur le licenciement des agents et cadres de l'entreprise de communication cellulaire, Vodacom. C'est depuis en fait le 19 février 2010 que Vodacom a sur le dos 11% de son personnel appelé à aller se débrouiller ailleurs. Il fallait passer par le feu vert du Ministre en charge de l'Emploi, Travail et de la Prévoyance sociale.

 Les raisons ne manquent pas à Vodacom. Elle affirme qu'elle ne peut pas fonctionner avec tout le personnel comme à sa création alors que la crise financière internationale le touche de plein fouet, ajouter à cela l'effritement du chiffre d'affaires. Répondant aux préoccupations du requérant, le Vice-Premier Ministre Mobutu Nzanga, vient de s'opposer à toute démarche de licenciement des cadres et agents de Vodacom Congo. Il a plu à ce membre du gouvernement de la République de rappeler à l'employeur Vodacom que l'Emploi fait partie des 5 chantiers de la République. Décider, aujourd'hui, de faire partir un nombre aussi important de salariés n'est ni plus ni moins qu'un comportement contraire à la volonté du Chef de l'Etat, Joseph Kabila, qui est déterminé de donner plutôt beaucoup de travail aux Congolais, à travers les 5 chantiers de la République. « Cela ne peut pas se faire pendant cette période. Je vais me battre pour la protection de quelques emplois existants.

Et même plus, essayer de voir comment en créer d'autres pour chasser le chômage dans l'environnement nationale », a déclaré Mobutu Nzanga. Ce message du n°1 de l'Emploi en RDC, a soulagé les cadres et agents de Vodacom Congo, concernés par la mesure de départ. La réaction des agents, comme celle de l'employeur, n'est pas encore connue. Si l'on spécule sur les sentiments qui animent les candidats à la perte de l'emploi, et qui se voient in extremis hors danger, il n'y a pas de secret à s'imaginer que nos compatriotes sont fous de joie. Le gouvernement a décidé : ils ne perdront plus leur emploi.

Coup de chapeau donc au Vice-Premier Ministre qui ne doit nullement dormir déjà sur ses lauriers parce que une chose est de décider, une autre est de suivre. Nous n'avons que faire des conflits sociaux entre le Gouvernement et la firme Vodacom. Celle-ci n'a qu'à s'organiser pour harmoniser ses vues avec l'Inspection du travail, conformément à l'option levée par le Gouvernement, représenté par le Vice-Premier Ministre Mobutu Nzanga.