En Bref – Actualités Internet

Actualités Internet

- «Tunisie Telecom mettra à la disposition du public 245 points d’accès Wifi mi-juillet prochain», c’est M. Jamel Sakka de Tunisie Telecom qui l’a annoncé lors de la journée Mondiale des Télécommunications et de la Société de l’Information. L’accès sera public mais pas gratuit. Mais attention : les abonnés Tunisie Telecom mobile seront privilégiés. La connexion sera comptabilisée sur la facture post payée. Elle sera décomptée du solde restant de la ligne prépayée.

- Pour accompagner les 50 ans de l'accession à l'indépendance de la plupart des pays africains francophones, Maram Kaïré, directeur général de la société « Orlysoff », a lancé le concept « Net Afrika ». A travers ce projet, le promoteur veut mettre en exergue le génie créateur des webmasters africains et la richesse culturelle de l'Afrique. Pour cette édition 2010, Maram Kairé s'est associé avec Africable, la chaîne d'informations générales du continent. Le concours est organisé dans neuf pays de la sous-région : Mauritanie, Sénégal, République de Guinée, Mali, Burkina Faso, Bénin, Togo, Niger et Côte d'Ivoire. La compétition dure trois jours.

- Après plusieurs années passées à utiliser l’alphabet latin sur la Toile, les internautes arabes, qui représentent 20 % de la population au Moyen-Orient et au Maghreb, vont avoir droit à des noms de domaines se terminant par un mot en lettres arabes, écrit de droite à gauche, comme il se doit. Le 5 mai, l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann), l’organisme international chargé d’allouer l’espace des adresses de protocole internet (IP), d’attribuer les identificateurs de protocole et de gérer le système de noms de domaines, a autorisé trois premiers pays à créer des domaines dont la partie terminale du nom sera en langue arabe : l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. En octobre 2009, vingt et un pays avaient formulé une requête similaire. Grâce à la levée « d’obstacles techniques », l’alphabet arabe est le premier alphabet non latin qui sera utilisé. Le russe sera autorisé très prochainement, suivi, à terme, par d’autres alphabets, contribuant à accroître le nombre d’internautes dans le monde, qui sont aujourd’hui 1,6 milliard.