De l'argent frais pour nourrir les ambitions de Telecel Faso

Actualités économiques

La Banque Ouest africaine de développement (BOAD) a octroyé un prêt de 7,150 milliards de F CFA à Telecel Faso, à la faveur d'une signature de convention entre Apollinaire Compaoré, le Président du conseil d'administration de cette société de téléphonie et Abdoulaye Bio-Tchané, le président de la BOAD, ce 10 mai 2010 à Ouagadougou. Cette somme devrait permettre à la société d'acquérir des infrastructures de télécommunications, d'étendre sa couverture téléphonique sur 200 nouvelles villes du Burkina et de franchir le cap du million d'abonnés d'ici 3 ans.

«Le plus dur n'est pas de se faire inviter, mais de se faire réinviter.» C'est Moussa Sanfo, le directeur général de Telecel Faso, qui résume à merveille la situation en reprenant cet adage. Après avoir bénéficié, en janvier 2001, d'un prêt de 4 milliards de francs CFA de la BOAD, Telecel Faso vient d'obtenir un nouveau prêt de 7,15 milliards de francs CFA de la même institution.

Avec ce financement, Telecel pourra s'offrir de nouveaux équipements, qui lui permettront, selon le directeur général, «de s'ancrer davantage comme un opérateur de télécommunications fiable et innovant», et de couvrir 200 nouvelles localités d'ici 3 ans. Ce sont les bons résultats engrangés par la société ces dernières années qui ont plaidé en sa faveur et qui ont incité la BOAD à mettre de nouveau la main à la poche. En reprenant le contrôle de la société en 2008, Planor Afrique SA, s'était fixé pour objectif de la restructurer et de relancer ses activités.
 
Deux ans et 21 milliards de francs CFA d'investissements plus tard, les résultats sont là, tangibles: une croissance du nombre d'abonnés de 95% de 2008 à 2009, le portant à plus de 745 000 au 31 décembre 2009, l'implantation de 115 stations de base supplémentaires, permettant de porter le nombre de localités couvertes de 54 à 154 en 2009, etc. Dans le même temps, le chiffre d'affaires de la société a connu une hausse de 110%, atteignant 25 milliards en 2009, contre 12,1 milliards en 2007.

«C'est l'aboutissement d'une relation de confiance entre les deux institutions», a expliqué Abdoulaye Bio-Tchané, le président de la BOAD. Mais pas seulement.

Le prêt prouve aussi l'intérêt de la banque pour le secteur des télécommunications en Afrique de l'Ouest. «L'accès au téléphone pour les lignes fixes est de 1%, celui de la téléphonie mobile est de moins de 40% et moins de 5% de la population a accès à Internet», a expliqué Abdoulaye Bio-Tchané, pour justifier l'engagement de sa banque.