Algérie: Dans l’affaire de la vente de Djezzy, «Les résultats des négociations avec un autre opérateur seront rejetés» selon le Ministre des TIC

Actualités économiques

Si l'Etat algérien rachète Djezzy, une méthodologie et un plan de travail pour gérer l'entreprise sont déjà réfléchis et seront annoncés en temps opportun. C'est ce qu'a annoncé, hier, le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, M. Hamid Bessalah, en marge de la célébration de la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l'information au siège de l'Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT) à Sidi Abdallah.

Le ministre, interpellé encore une fois sur ce dossier qui a fait couler beaucoup d'encre ces derniers temps, a réitéré la position du gouvernement qui attend que la maison mère de Djezzy, OTH en l'occurrence, prenne attache avec celui-ci. «Ce qu'elle aurait d'ailleurs du faire depuis le début», selon Bessalah. Ce dernier ajoute : «Nous attendons qu'OTH annonce d'abord qu'il n'est plus en négociation avec un autre opérateur et qu'il précise aux autorités algériennes son intention de céder OTA avant de recevoir ses responsables et discuter des modalités d'achat de Djezzy.» Interrogé sur l'intention d'OTH de recourir à l'arbitrage international pour la vente de Djezzy, le premier responsable du secteur des TIC a déclaré qu'on n'en était pas encore là. «On ne peut pas anticiper les choses. Nous sommes encore loin de cette situation, mais lorsque cela arrivera, on va réagir», a précisé le ministre.

Toujours sur ce dossier, et ce que prévoit la réglementation algérienne si OTH poursuit ses négociations et parvient à un accord avec un autre opérateur, Bessalah répondra tout simplement que «quel que soit le résultat, il sera rejeté».