Polémique autour de la privatisation de Bénin Télécoms: le remaniement ministériel pour clarifier les positions

Actualités Télécom

Qui de France Télécoms ou de Maroc Télécoms sera déclaré adjudicataire de la privatisation de Bénin Télécoms Sa ? C’est la pomme de discorde entre le ministre des Télécommunications Désiré Adadja et le directeur général de Bénin Télécoms Sa, Patrick Bénon. Compte tenu des divergences d’opinion qui entourent cette privatisation, tout porte à croire que les deux parties n’attendent que le fameux remaniement ministériel pour voir qui a raison.

La privatisation controversée de Bénin Télécoms Sa est rentrée dans sa phase active. Deux sociétés et pas des moindres se discutent le marché. France Télécoms Sa d’une part, et d’autre part, Maroc Télécoms. Dans son offre, France Télécoms a été claire. Elle préfère avoir un package constitué de Bénin Télécoms et Bell Bénin avec à la clé des vagues de licenciement. Dans l’offre de Maroc Télécoms, les emplois sont sauvegardés et toute fusion avec Bell Bénin est exclue. Face à ses deux propositions, on apprend de sources dignes que le choix du ministre en charge des Télécommunications Désiré Adadja porterait sur France Télécoms du fait de l’expérience de cet opérateur et de la qualité de ses services. En Côte d’Ivoire ou au Sénégal, la privatisation a connu un succès éclatant avec France Télécoms. Ce qui n’est pas le cas de Maroc Télécoms qui serait soutenu par le Dg Patrick Bénon qui, selon certaines sources, procède après quelques mois d’exploitation, à des licenciements massifs comme ce fut le cas dans certains pays de la sous région. De l’avis de nombre de cadres de Bénin Télécoms, au plan social, la meilleure option serait celle de France Télécoms. Selon eux, avec les licenciements, les employés sont sûrs de toucher à des indemnités de départ. Quant à Maroc Télécoms, ces derniers craignent le sort de leur confrère de la sous région qui ont été licenciés sans droits pour insuffisance de travail etc. Mais compte tenu de la situation politique de notre pays, on apprend que la Haute Autorité n’a pas voulu ouvrir un front social supplémentaire avec des licenciements. Ce qui favoriserait Maroc Télécoms

Une mission de Maroc Télécoms a séjourné au Bénin il y a quelques semaines et selon certaines indiscrétions, c’est cette société qui sera probablement retenue et ce, malgré le fait que le Dossier d’appel d’offre soit infructueux. Si Patrick Bénon arrivait à faire avaler cette pilule, alors il pourrait savourer ses premières victoires politiques sur Désiré Adadja. Or connaissant la Haute Autorité, cette dernière n’hésiterait pas à le nommer ministre en guise de récompense. Patrick Bénon finira t-il par avoir la peau de Désiré Adadja ? Wait and see.