TIC: Vers la création d'une structure autonome au sein de l'Union Africaine

Actualités informatiques

L'Union africaine va bientôt disposer d'un organe autonome et indépendant des Technologies de l'information et de la communication (Tic) qui prendra en charge les problèmes de développement. Du moins, si les ministres africains en charge des Tic acceptent l'intégration du Programme E Afrique du Nepad dans l'Union africaine (Ua). En effet, c'est dans ce processus de changement de statut du E-Afrique du Nepad que les ministres en charge des Tic au niveau de l'Afrique se sont réunis à Dakar en vue de voir comment réorganiser le secteur du E nepad et faire de telle sorte les Tic soient visibles au niveau de l'Ua.

D'après Abdourahim Agne, le ministre sénégalais en charge des Télécommunications qui présidait la cérémonie d'ouverture de cette rencontre, " Dans le cadre de ce recentrage, il ne semble pas indiqué que la commission e- Afrique puisse , tout en demeurant une structure de l'Agence de planification et de coordination du Nepad, maintenir une certaine autonomie tant sur le plan de ces structures de gouvernance, de ses priorités que de l'élaboration et de la mise en oeuvre de ses programmes et projets". Et d'ajouter : " nul ne peut nier le remarquable travail abattu par le comité Exécutif et le staff de la commission sous l'impulsion des ministres chargés des Tic. Mais, dit-il, les impératifs de l'intégration du Nepad dans les structures et processus de l'Union africaine recommandent l'existence d'une architecture unifiée, lisible et complète".

Toutefois, il a averti sur la nécessité "d'attirer l'attention sur les dangers d'une orientation qui conduirait à fondre le secteur des Tic dans celui des Infrastructures et de l'énergie". Pour lui , une telle orientation peut être lourde de conséquences car elle risque d'aboutir à une dilution des Tic dans des domaines auxquels elles ne sont liées que de manière transversale". Aussi a-t-il tenu à préciser que " le secteur des Tic est à lui seul un secteur très vaste et très complexe qui joue, au demerant, un rôle éminent de levier de tous les autres secteurs de l'activité économique".

Et M.Agne d'affirmer que « c'est une des raisons qui militent en faveur de la mise rn place d'un département spécifique chargé exlusivement des technologies de l'information et de la communication, sous la houlette de la conférence des ministres en charge des Tic ». Il est à noter que l'organisation de cette 14ème réunion du Comité exécutif de la Commission e-Afrique du Nepad coincide également avec la réunion des ministres chargés des Tic.