Un centre de télémédecine et une université virtuelle ont ouverts leurs portes au Cameroun

Actualités informatiques

C'est deux fleurons de la coopération multinationale que les ministres des Postes et Télécommunications, de l'Enseignement supérieur et de la Santé publique ont inauguré hier. Le centre de télémédecine est hébergé par le Centre hospitalier universitaire de Yaoundé. Il est doté à ce jour de microordinateurs, d'un serveur, de caméras, d'imprimantes, hauts parleurs et projecteur, ainsi que d'autres matériels accessoires pour les consultations et la formation à distance. L'Université de Yaoundé I a pour sa part été choisie, pour accueillir l'Université virtuelle d'Afrique centrale. Elle comporte une classe virtuelle et un studio de production de contenus pédagogiques numériques. 60 étudiants camerounais et congolais suivent actuellemnt des cours de Master en technologie de l'information dispensés par l'université de Madras en Inde.

Le « réseau panafricain de services en ligne » est un programme de coopération internationale initié par le gouvernement de l'Inde et l'Union africaine. Il a pour objectif de connecter les pays africains entre eux d'une part et avec l'Inde d'autre part. il vise une fourniture des services en ligne susceptibles à terme de permettre le développement du commerce électronique. Le document cadre de ce projet a été signé en 2005, le Cameroun s'y est engage deux ans plus tard. Présent à la cérémonie d'inauguration, le haut commissaire de l'Inde, Mahesh Sachdev a assuré le Cameroun et l'Union africaine en général, de l'assistance de l'expertise indienne dans la consolidation de ce projet pendant cinq ans.

Dr Jean Gérard Mezui M'Ella, le représentant du président de la Commission de l'Union africaine a souligné la première priorité relative à « l'utilisation effective des services, pour exploiter au mieux les opportunités offertes par ce réseau ». A l'université de Yaoundé I, le Pr Bruno Bekolo Ebe a donné une leçon inaugurale qui a été suivie en ligne par des étudiants gabonais, sénégalais, centrafricains ivoiriens burkinabés indiens et burundais. Il a développé la notion de l'information comme un bien économique. Dans un discours très applaudi par les étudiants au campus de l'université de Yaoundé I, Jean Pierre Biyiti Bi Essam, le ministre des Postes et Télécommunications, représentant le Premier ministre, a lui aussi convié tous ceux qui « ont franchi un pas supplémentaire vers la société du savoir » à tirer le meilleur parti de cette « initiative majuscule ».