Burkina Faso: Ces contre-performances de l'action ONATEL en bourse

Actualités économiques

Alors que le chiffre d'affaires du Groupe ONATEL (53 Mds de F CFA) est en pleine croissance au premier semestre 2010, le cours de son action sur le marché boursier régional marque le pas.

Il y a comme une sorte de hiatus, de contradiction entre l'embellie du chiffre d'affaires de la société et les mauvaises performances de l'action sur le marché boursier.

Après l'engouement qui a suivi l'introduction de l'ONATEL en bourse en avril 2009, le titre piétine sur le marché financier. Il a même atteint son plus bas niveau en mai dernier à 45 000 F CFA contre 49 000 F CFA en mars 2010. Pourtant, l'Opérateur historique des télécommunications au Burkina réalise une progression de son chiffre d'affaires consolidé à 11,1%, par rapport à 2009.

Le résultat net consolidé enregistre une hausse de 25,6% à 9 Mds sur la même période. Cette embellie est tirée essentiellement par les performances du mobile (plus de 2 millions d'abonnés avec une progression du parc estimée à 51,6%).

Mais, elle a du mal à se faire sentir sur le comportement du cours de l'action ONATEL à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM). Bien au contraire ! La situation n'est guère meilleure pour ses activités du fixe et de l'Internet cotée à la bourse. Le chiffre d'affaires s'établit à ce niveau à 23 Mds, en légère baisse par rapport à l'an passé.

L'introduction de la première société burkinabè en bourse avait pourtant suscité beaucoup d'espoir. Cédé à Maroc Telecom en 2007 par l'Etat à plus de 144 Mds, l'ONATEl a par la suite procédé à l'ouverture de son capital à l'actionnariat public.

Cette offre publique de vente de 680 000 actions a connu un franc succès avec une sursouscription à plus de 40%. Les performances actuelles du groupe n'ont pas réussi à relever le cours de l'action. En effet, la non distribution de dividendes à la fin de l'exercice 2009 a désenchanté nombre d'actionnaires qui n'ont pas vraiment une culture de l'investissement boursier.

Ceux qui croyaient se faire beaucoup d'argent en moins d'une année ont été désillusionnés. Conséquence, il y a eu plus d'actions mises en vente sur le marché que d'acheteurs.

Ce qui a plombé le cours de l'action. Cela est corroboré par l'observation de cet analyste boursier qui explique que de nombreux actionnaires ont mis leur porte-feuille en vente. Toute chose qui a entraîné le cours à la baisse. Toutefois, rassure-t-il, l'action va reprendre. Pour cela, il faut : premièrement qu'il y ait la fusion de la filiale Telmob (mobile) avec l'ONATEL (fixe). « Sinon, pour l'instant, c'est un peu compliqué », commente l'analyste.

Deuxièmement, ce spécialiste préconise une distribution de dividendes, histoire de redonner confiance aux actionnaires qui détiennent 20% du capital de l'ONATEL. En effet, cela aura l'avantage de les galvaniser et de les encourager à faire des transactions sur le titre. Le Groupe ONATEL devrait également élaborer un plan de communication accessible, en vue d'expliquer ses choix stratégiques et sa santé financière. De telles actions vont contribuer à donner l'information juste aux actionnaires. Ce qui aura sans doute un impact sur le cours de l'action.