Sénégal: Gossas - Une trentaine d'élèves initiés à l'informatique par les étudiants

Actualités informatiques

Une trentaine d'élèves de Gossas ont été initiés à l'informatique par des étudiants de l'Université Cheikh Anta Diop (UCAD) en séjour dans la commune de Gossas (Fatick) dans le cadre de l'édition 2010 des Vacances citoyennes.

Cette initiation à l'informatique consiste à familiariser les élèves avec l'outil informatique, afin qu'ils puissent comprendre certaines notions de bases, explique Nathanaël Mathieu Biagui, moniteur.

Selon M. Biagui, le programme de formation permet d'abord aux initiés de comprendre les composantes de bases de l'ordinateur, le clavier, l'écran, l'unité centrale et la souris. "Je leur ai expliqué ces quatre éléments avant d'entrer dans les détails", a-t-il dit, relevant que c'était "difficile" de travailler avec des personnes qui n'ont jamais manipulé l'ordinateur.

Trois jours après le début de la formation, l'affluence n'est pas toujours grande à la mairie de Gossas où se déroule ce programme de formation. M. Biagui explique cela par le déficit de communication auprès de la population.

"Pour l'instant, nous avons une trentaine d'initiés que nous avons su diviser en deux groupes même si tous les initiés annoncés ne sont pas présents. Nous pensons que les jours à venir ils le seront", dit-il.

Ce programme d'informatique est bien apprécié par les initiés qui saluent l'initiative et souhaitent sa pérennisation. "Nous avons appris à manipuler l'ordinateur et cette initiation nous permettra de savoir au moins comment s'y prendre une fois à l'université", affirme Abdoulaye Diop.

L'élève estime qu'il est "nécessaire" pour chaque élève, "dans un contexte de mondialisation et de développement des technologies de l'information et de la communication, de savoir manipuler un ordinateur".

Fanta Gassama, bénéficiaire de ce programme d'initiation, trouve ces cours "intéressants", affirmant : "On peut dire, dans l'ensemble, que ces cours sont importants, particulièrement pour nous, les nouveaux bacheliers, qui allons partir dans les universités pour acquérir de nouvelles connaissances".

Mais la participation des femmes est moins forte que celle des hommes. Yaye Safiètou Goudiaby, la seule étudiante formatrice du groupe, explique cette situation par le manque d'information et les tâches ménagères en ce mois de ramadan.

La formatrice ajoute : "Je pense qu'il faudra sillonner la commune pour essayer de sensibiliser les jeunes, surtout les filles, parce qu'en ce moment, si elles ne sont pas en vacances à Dakar, elles devraient être dans les champs ou à la maison. La solution serait de leur trouver un créneau horaire favorable, aux environs de 16 heures ou 17 heures, elles seraient peut-être beaucoup plus libres pour venir suivre l'informatique."

Yaye Safiètou Goudiaby se félicite de la volonté des femmes d'améliorer leurs connaissances en informatique, relevant que, parmi les initiées, certaines ont déjà une notion dans le domaine. "En revanche, ajoute-t-elle, d'autres n'ont jamais touché à un ordinateur. Elles s'y mettent, et elles ont la volonté et l'envie d'apprendre et comprennent vite."

L'équipe de moniteurs est composée de trois étudiants en licence à l'Ecole de bibliothécaires, archivistes et documentalistes (EBAD) et une étudiante en deuxième année au département de philosophie de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.