Ile Maurice: Emtel accusé de piratage

Actualités de la convergence

Emtel doit changer de disque. Trois producteurs accusent l'opérateur de téléphonie mobile, d'avoir utilisé des morceaux inédits pour son service payant de Caller Tunes. Une plainte a été logée contre la compagnie, le jeudi 30 septembre, à l'Anti Piracy Unit de la police.

Paradize Burning, Dodo Music et Tcheky Productions reprochent à l'entreprise de diffuser des morceaux qu'eux-mêmes n'ont pas encore mis sur le marché.

Des morceaux tels, « Paradize Burning-Dagger Kkila », « Rasta Never Dies » de Dodo Music ou encore « Je t'aime toujours »et « So much love » de Tcheky sont disponibles sur le service payant d'Emtel alors qu'ils n'ont pas encore été édités.

Selon les producteurs, les clips de leurs morceaux ont été déposés pour une diffusion d'ordre promotionnel, à l'émission Bonnto Klip. Ils ajoutent également que ce sont les sons de ces clips qui sont disponibles en Caller Tunes et la qualité du son est défectueuse et nuit à l'image de l'Å"uvre originale.

Hansley Antoine, porte-parole de la Mauritius Society of Authors (MASA), affirme qu'il y a bien un permis accordé à Emtel par la MASA, quant à l'utilisation des morceaux de musique édités.

«Il existe bel et bien un contrat entre la MASA et Emtel», soutient-il avant d'ajouter que l'argent que reverse Emtel à la MASA sera alloué aux artistes, d'ici décembre de cette année.

«Le morceau Je t'aime Toujours, par exemple, ne figure plus sur le site d'Emtel après que la plainte ait été déposé. Et c'est le même cas pour les deux autres morceaux, Paradize Burning-Dagger Kkila, Rasta Never Dies de Dodo», affirme Tcheky, artiste.

Les représentants de la MASA sont actuellement aux Casernes Centrales pour déposer des documents concernant les accords existants entre la société et l'agence de téléphonie.

Richard Hein, directeur d'Independent Production, société qui dirige l'émission Bonnto Klip, soutient pour sa part, que puisque l'émission est télévisée, une fois diffusée, c'est difficile de contrôler ce que les gens en font.

 «Nous n'avons rien à avoir avec ce qui se passe en ce moment. Nous sommes uniquement responsables quant à la diffusion de ces clips, ce qui se passe après, nous n'en sommes pas responsables», affirme le directeur.

Emtel soutient qu'il y a des sessions de travail qui avaient déjà commencé avant que la plainte ne soit logée le mercredi 29 septembre. En effet, les artistes avaient fait une première démarche auprès de la MASA, qui a ensuite informé l'agence de téléphonie mobile.

«Nous avons d'ailleurs affirmé une entière collaboration avec la MASA pour éclaircir cette affaire», indique une responsable de communication chez Emtel.

Aux Casernes Centrales, il ressort qu'un des directeurs de l'Independent Productions sera convoqué pour des éclaircissements sur les bandes sonores des clips qui se sont retrouvés chez Emtel.