Alger garde le contrôle de Djezzy

Actualités Télécom

L’Etat algérien a lancé un appel d’offres international pour sélectionner une banque d’affaires devant l’accompagner dans le choix d’un partenaire minoritaire dans le capital de Djezzy. Le deal Orascom –Vimpelcom compromis ?

Vimpelcom qui a pris le contrôle de l’égyptien Orascom il y a dix jours n’a pas perdu de temps. Le groupe  Russe a signifié à l’Etat algérien qu’il céderait Djezzy  pour 7,8 milliards d’euros. Une facture salée et qui fera l’objet de négociations.

Le gouvernement algérien qui confirme sa volonté de reprendre les rênes de l’opérateur mobile,  jusque-là l’une des  filiales d’Orascom les plus rentables avec un parc de 13 millions d’abonnés et 2 900 employés, souhaite gérer la société dans le cadre d’une nouvelle entité avec un opérateur technique de renommée internationale.  Dans ce cadre, un appel d’offres international vient d’être lancé par la Direction des Opérations budgétaires et des  Infrastructures pour la sélection d’une banque d’affaires qui va  accompagner l’Etat dans l’acquisition d’Orascom Télécom Algérie.

Le futur partenaire devra occuper une position minoritaire au sein de Djezzy. Le russe Vimpelcom serait  écarté d’avance  pour des  liens supposés de l’un de ses actionnaires  avec Israël. Le sud-africain MTN qui avait quant à lui  engagé des pourparlers avec Orascom pourrait revenir par le biais de cet appel d’offres.

Pour le moins, cette volonté algérienne risque de compromettre le deal entre Orascom et Vimpelcom. Orascom  ne va-t-il pas être forcé d’accepter un nouveau prix revu à la baisse en sa défaveur ? Le norvégien Télénor, l’un des principaux actionnaires de Vimpelcom,  plaiderait dans ce sens. Prié de dire si la nationalisation de Djezzy ne remettait  pas en cause le deal, le directeur général de cette entité (qui compte 36% de droits de vote dans le conglomérat russe) déclare qu’il n’y a «pas encore de réponse ».

Groupe plutôt prudent dans ses engagements, Télénor ne rassemble en rien à Alpha  Group du milliardaire Michael Friedman, autre actionnaire principal, connu pour des engagements où l’audace se le dispute à l’inspiration. Le feuilleton  Djezzy est donc loin de se terminer.