Ile Maurice: La cyber-cité Ebène deviendra bientôt une zone 24/7

Actualités informatiques

Les autorités ne lâchent pas le projet 24/7, même si les Mauriciens n'ont pas encore intégré ce concept. Pour preuve, Ebène deviendra bientôt une zone 24/7. Le Human Resource Development Council (HRDC), qui promeut l'idée 24/7, et Business Parks of Mauritius Ltd (BPML), gérant de la cyber-cité d'Ebène, signeront un Memorandum of Understanding (MoU) la semaine prochaine pour confirmer leur partenariat.

C'est ce qu'à déclaré le président du HRDC, Deepak Tulsidas, à l'express.mu. Selon ce dernier, Ebène devrait se transformer en zone en 24/7 environ six mois après la signature de ce MoU. Du moins, c'est l'objectif que se fixe le HRDC.

La cyber-cité est déjà occupée par divers opérateurs économiques : centres d'appels, compagnies de BPO, banques, hôtels, dont la plupartfonctionnent déjà en mode 24/7.

La direction de la HRDC juge que c'est l'endroit propice pour vulgariser le concept du 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. D'ailleurs, elle souhaite étendre la zone 24/7 à Réduit et Bagatelle. Puis, graduellement, gagner les autres régions urbaines.

«Pour faire d'Ebène une zone 24/7, nous ferons de sorte de l'équiper comme il se doit, avec des caméras de surveillance et la présence policière pour la sécurité. Il y aura aussi des bureaux de la Central Water Authority et du Central Electricity Board où les gens pourront payer leurs factures.

Il faudra aussi apporter les loisirs à Ebène mais cela viendra avec l'ouverture de plusieurs restaurants et de centres commerciaux. Car le 24/7 veut établir un équilibre entre le travail et les loisirs», explique Deepak Tulsidas.

De plus, le président de la HRDC annonce qu'Ebène et Rose-Hill organiseront des activités sous le thème du 24/7 les 29, 30 et 31 octobre. Le transport sera aussi disponible jusqu'à fort tard.

La direction de la HRDC convient «qu'il faudra du temps» avant que le 24/7 soit adopté par les Mauriciens. D'où les campagnes assez régulières, qu'elle mène depuis deux ans, pour «populariser» ce concept.

Toutefois, ce quisuscitela crainted'une bonne partie de la population active par rapport au 24/7, c'est de travailler en-dehors du traditionnel 9h-16h. Alors que la HRDC vante la flexibilité, les syndicats sont réticents à l'idée du travail de nuit. Ils s'interrogent sur les salaires, les allocations et les conditions de travail, de même que sur la sécurité et le transport des travailleurs.

Interrogé à ce sujet, Rajcoomar Auckloo, directeur de la HRDC, affirme que la HRDC est en train de travailler avec le ministère du Travail sur cet aspect du 24/7. La direction de la HRDC soutient que tous les stakeholders : légistes, employeurs et syndicalistes, devront être consultés pour trouver une législation qui encadrerait le travail de nuit.