Benin Télécom tombera t-il dans le giron de Orange?

Actualités Télécom

La multinationale française de téléphonie, France Telecom est bien lancée dans les négociations pour s'adjuger la concession de l'opérateur de téléphonie, Benin Telecom SA dont le processus de privatisation a commencé depuis 2007.

 France Telecom qui abat ses cartes depuis la mise en concession par l'Etat béninois, de la société de téléphonie, Benin Telecom, passe à la vitesse supérieure. Selon des informations parvenues à Les Afriques, l'opérateur français, Orange est entré dans la dernière phase des négociations avec la direction générale de Bénin Telecom et le gouvernement du Bénin en vue d'une reprise officielle.

"Depuis le lancement de la privatisation, plusieurs opérateurs de renommée internationale ont manifesté leur intérêt. Nous avons pris du temps pour étudier les offres techniques et financières" a commenté une source proche du dossier, contactée par Les Afriques.

Selon des sources bien informées, Orange, qui a mené d'intenses lobbings ces derniers mois dans la sphère présidentielle à Cotonou, aurait la meilleure offre pour s'adjuger la concession au détriment de ses concurrents.

La multinationale française, a accepté de prendre en compte lors de la reprise de la concession la faramineuse dette de la  société, qui tourne aux alentours de 195 milliards Fcfa. Reste à savoir à combien la  concession de Bénin Télécom a été mise à prix par les autorités béninoises ?

Le schéma retenu dans cette opération de rachat de concession par France Telecom- soutient une source- est de faire tomber dans le giron de l'opérateur français, Bell Bénin , une autre société de téléphonie opérant au Bénin et appartenant à l'homme d'affaires Issa Salifou. Bell Telecom qui pèse plus de 100 milliards Fcfa en termes d'actifs, serait il prêt à s'arrimer avec Bénin Telecom et tomber en tandem dans le giron France Telecom ?

Selon nos informations, Orange poursuit son offensive sur le marché africain avec des négociations très avancées de rachat d'entreprise de téléphonie  au Togo et au Maroc.  
(Source : Les Afriques)