Cameroun: Embouteillages chez les opérateurs de téléphonie mobiles après suspension de lignes

Actualités Télécom

De nombreux abonnés se plaignent de lignes suspendues abusivement, alors que les rétablissements se font attendre.

9h, jeudi devant la direction régionale MTN à Yaoundé. La foule est déjà impressionnante. Pour cette heure de la matinée, le soleil frappe plutôt fort. Ce qui doit sûrement contribuer aux éclats de voix qui se font entendre ça et là. « Monsieur, je vous ai dit d'aller attendre 48 heures. Votre ligne sera rétablie », explique l'une des opératrices chargée de l'identification, visiblement agacée. Son interlocuteur, un jeune homme, lui crie : « ça fait une semaine que vous m'avez dit la même chose. Jusqu'aujourd'hui mon numéro ne passe toujours pas ». Et sur ce, la colère se généralise : « Vous exagérez. J'avais fait plus d'une heure dans les rangs pour me faire identifier. Malgré tout vous coupez ma ligne. Je m'identifie à nouveau et vous n'arrivez pas à me rétablir », vocifère un monsieur dans son coin. « Moi je me suis faite identifier deux fois. Ã ça fait maintenant trois jours que je ne suis pas joignable. Ce n'est pas normal », regrette une dame. Face à cette montée de colère, les vigiles en faction devant l'agence viennent en renfort aux opératrices. Un nouveau son de cloche se fait entendre : « Ce sont les machines qui embêtent un peu. Soyez patients, vous serez rétablis bientôt », explique l'un des gardiens. Le calme revient alors progressivement.

En réalité, il ne s'agit pas seulement de problèmes de lignes suspendues. Il y a également des retardataires qui viennent se faire identifier. Certains ayant déjà été suspendus et d'autres pas encore. Enfin, il y a le troisième box, réservé aux nouveaux abonnés, dont les puces ne sont toujours pas actives. L'un d'eux raconte : « J'ai acheté la puce et le téléphone ici même à MTN. On m'a assuré que j'ai été automatiquement identifié et que mon numéro sera actif dans 24 h. Nous sommes déjà à trois jours, toujours rien ».

Du côté d'Orange Cameroun, le mécontentement des usagers est le même. « Je me souviens que vous m'avez envoyé un SMS pour confirmer mon identification. Là, je ne comprends pas pourquoi mon téléphone ne passe pas. Je reçois des « Call me Back » mais je ne peux pas appeler », explique une dame à l'opératrice chargée de collecter les fiches d'identification. Un autre abonné explique pour sa part qu'il reçoit des coups de fil mais ne peut pas en passer. Les récriminations changent ainsi d'un abonné à un autre. Mais en face, la réponse reste la même : « Soit vous vous faites identifier à nouveau, soit vous patientez encore. Les machines sont surchargées en ce moment. D'ici quelques jours tout va rentrer dans l'ordre ».
 
Les abonnés CT Phone ne sont pas épargnés par ces désagréments. Ici, Clé USB, téléphones fixes et mobiles sont concernés par l'identification. Beaucoup se sont déjà exécutés. Mais hélas. « J'ai reçu plusieurs SMS me demandant de me faire identifier alors que c'était déjà fait. Je suis allée vers eux et ils m'ont expliqué que ce n'était pas un problème. Voilà que toutes mes lignes ont été suspendues et on me demande d'attendre », raconte un usager, déconcerté. Mais le mot d'ordre est le même partout : patience !