Cameroun: La révolution électronique en marche dans le commerce extérieur

Actualités informatiques

Le 3eme comité exécutif de l'Alliance africaine du commerce électronique s'est ouvert lundi alors que la loi sur le commerce électronique a été adoptée.

Ce n'est pas un hasard si les membres de l'Alliance africaine pour le commerce électronique tiennent à Douala, les assises du 3e comité exécutif. Il s'agit en quelque sorte d'un hommage au pionnier de cette organisation, le Guichet unique pour les opérations du commerce extérieur du Cameroun (Guce), qui fête cette année ses 10 ans d'existence et a été parmi les fondateurs de l'AACE. Selon Isidore Biyiha, cette place de pionnier, le Guce la doit au gouvernement du Cameroun, qui a mis en place depuis 2000, un dispositif permettant de faciliter les procédures du commerce extérieur.

Cela dit, la rencontre ouverte hier à Douala tombe à pic. En effet, la loi sur le commerce électronique vient d'être adoptée par l'Assemblée nationale, et le Guichet unique s'y est déjà mis, comme le confirme le Dg Isidore Biyiha. « Ce n'est pas une mutation. C'est une évolution normale du Guichet unique tel que ça avait été prévu dès le départ. Une première phase physique, une seconde phase électronique. C'est à ça que nous travaillons actuellement. Nous évoluons vers un monde où tout sera électronique, les transactions, le commerce. Il est important que le Cameroun s'arrime à cette évolution. La présidente du conseil d'administration l'a souligné, le gouvernement camerounais l'a compris très tôt, et a doté le Guichet unique de moyens nécessaires pour que nous ne rations pas cet arrimage »

Justement, la PCA du Guce, Minette Libom Li Likeng, en ouvrant les travaux, a déclaré que cette troisième réunion se tient au moment où la mise en place du Guichet unique électronique a été amorcée. « Avec les autres pays, nous allons échanger, nous inspirer des autres expériences pour que véritablement, nous mettions un outil à la disposition des acteurs du commerce extérieur pour être performant », explique Minette Libom Li Likeng, par ailleurs Dg des Douanes.

L'autre enjeu des travaux de Douala concerne l'arrimage des Guichets uniques d'Afrique aux normes de l'ICS (Import Control System) qui sera mis sur pied dès le 1er janvier 2011, par l'Union européenne. Et c'est ici que le volet partage d'expériences au sein de l'AACE prend tout son sens.

Le Sénégal, qui a déjà mis sur pied une plate-forme envisage de la proposer aux membres de l'Alliance, pour s'arrimer rapidement à l'ICS. « C'est une réglementation européenne qui exige que toutes les exportations vers l'Union européenne, que ce soit par voie maritime ou aérienne, qu'un message précède cette expédition, et que ce message soit électronique. C'est un peu le visa des marchandises. C'est une condition avant de faire embarquer la marchandise. Elle vise la sécurité et la sûreté », explique Diagne Ibrahima, président de l'AACE.

L'Alliance africaine pour le commerce électronique, lancée en mars 2009 à Addis-Abeba et qui compte une dizaine de pays, s'inspire de l'Alliance pan asiatique pour le commerce. Le concept est né de la volonté des Etats membres de relever les défis de compétitivité auxquels sont confrontées les entreprises africaines sur le marché mondial.