Mise en place du Comité Ad’ hoc chargé de la Révision du Document de la Déclaration de Politique Sectorielle des Télécommunications/TIC au Niger

Actualités informatiques

A l’occasion de la cérémonie de mise en place du Comité Ad’ hoc chargé de la Révision du Document de la Déclaration de Politique Sectorielle des Télécommunications/TIC, Mme Takoubakoye Aminata Boureima,Ministre de la Communication, des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Culture du Niger a Rappelé l’importance des TICs et la mission de ce comité.

"Les Technologies de l’information et de la Communication  ont bouleversé en profondeur le monde  depuis la fin du vingtième siècle.

En effet, la fusion de l’informatique et des télécommunications ajoutée au développement d’Internet ont déclenché un essor sans précédent des différentes formes de communications suivies d’une mutation profonde de l’accès à l’information et au savoir  qui sont les facteurs clés de tout développement.

Cependant, l’Afrique est restée en marge de ces bouleversements comme l’ont relevés les chefs d’Etat de l’Union Africaine lors de la 14ième session ordinaire de sa conférence qui a consacré sa thématique aux défis des TIC et aux perspectives de développement sur le continent.

Ainsi, lors de cette conférence, l’énorme fossé numérique, entretenu aujourd’hui encore par l’absence quasi-totale d’infrastructures de TIC de haut débit a été unanimement reconnu par nos Chefs d’Etats et de Gouvernements comme un défi collectif que nous nous devons de relever pour réaliser la Vision de l’Union africaine par rapport à l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement.

Au Niger,  le constat qui se dégage de la semaine africaine des TIC  est que pendant longtemps, la préoccupation majeure acteurs du secteur s’est limitée uniquement à la voix, c'est-à-dire permettre l’établissement et l’échange de communications vocales.

 Les conséquences y relatives se résument à l’accentuation de la fracture numérique qui a longuement participé à la stagnation de notre économie dans une forme de morosité sans précédent et de l’administration dans  une gestion traditionnelle et peu performante.

C’est dans ce cadre que la révision de la déclaration de Politique des Télécommunications et du Plan NICI a été retenue comme  action prioritaire pour  notre département ministériel dans  la feuille de route à nous confiée par son excellence Monsieur le Premier Ministre sur conformément aux orientations du CSRD.

J’ai pour ainsi dire le devoir de vous rappeler que, réviser la déclaration de politique sectorielle des télécommunications et des TIC de notre pays, est certes un honneur fait à votre endroit mais cela constitue à n’en point douter une lourde responsabilité au vu de la place prépondérante qu’occupent ces moyens de communication dans le développement socio-économique d’une nation.


C’est pourquoi, tout au long de vos réflexions, vous devez vous animer de la ferme volonté d’orienter le devenir de nos réseaux de télécommunications vers les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).


Il s’agira pour vous d’intégrer les nouvelles technologies de l’information et de la communication dans un cadre politique plus large et de coordonner les différents programmes afin que les télécommunications et les TIC contribuent, dans le cadre de la SDRP, à mieux lutter contre la pauvreté dans toutes ses dimensions et à atteindre les OMD.


De manière spécifique les membres dudit comité sont appelés à consentir, dans l’accomplissement de ce devoir d’honneur et de responsabilité, un don de soi serein pour notamment :

 •   Faire le diagnostic du secteur dans ses composantes technologique, règlementaire, institutionnelle puis économique et sociale ;

•    Recueillir les données techniques, économiques, financières et sociales du secteur ;

•   Identifier et prendre en compte les objectifs communautaires et régionaux d’harmonisation des politiques et règlementations des télécommunications et des TIC ;

•    Elaborer un avant projet de document de politique Nationale de développement du secteur des télécommunications et des TIC.

D’ores et déjà, je vous invite à approfondir vos réflexions sur les points suivants :
•    La construction et le développement d’une infrastructure large bande
•    L’accès universel des populations aux services TIC
•    Le développement des instruments et des applications pour les différents secteurs permettant l’accélération des OMD, la modernisation de notre économie et de notre administration
•    L’amélioration du cadre juridique et institutionnel
•    Le renforcement des capacités de management du secteur

Vous ne devrez pas perdre de vue les questions de cyber-sécurité qui interpellent chaque jour notre pays sur la nécessité de mettre en place des mesures réglementaires, techniques et juridiques en vue de pacifier le cyberespace, protéger les enfants et les autres segments vulnérables de la population.

Par ailleurs, je vous demande d’inscrire ce processus de révision dans le cadre global de la gestion axée sur les résultats dont un des principes premiers est la participation de tous les acteurs à la définition des résultats à atteindre et des moyens et stratégie ; cela naturellement passera par le  renforcement du partenariat public et privé.

Au vu de  la composition de ces comités, je suis convaincue que les résultats escomptés seront atteints. Je sais aussi compter sur votre disponibilité et votre compétence maintes fois justifiées pour la réussite de ces missions importantes pour le pays.   

Je puis vous assurer que nous mettrons à la disposition du comité les moyens requis pour accomplir sa mission et nous suivrons de près l’évolution des travaux.

Pour terminer, je vous remercie de l’attention toute particulière dont mon allocution a fait l’objet ; et rappelle aux membres du comité qu’ils ont 45 jours pour élaborer un avant projet de document de politique Nationale de développement du secteur des télécommunications et des TIC.

Sur ce, je déclare installé le comité Ad’ hoc chargé de la Révision du Document de la Déclaration de Politique Sectorielle des Télécommunications et des TIC."