Burkina Faso: Les organismes de régulation forment leurs membres

Actualités Télécom

Ouagadougou abrite du 22 au 26 novembre 2010, une session de formation de haut niveau pour les organismes de réglementation et les opérations sur la modélisation des coûts des réseaux. Cette session de formation est organisée conjointement par l'Autorité de régulation des communications électroniques (ARCE) et l'Union internationale des télécommunications (UIT)

Ils sont environ 20 opérateurs de téléphonie et de régulation de 10 pays de la région francophone à prendre part à la session de formation sur la modélisation des coûts des réseaux.

La représentante de l'Union internationale des télécommunications (UIT), Carmen Prado-Wagner a, de prime abord, instruit les participants sur les missions de l'UIT qui sont entre autres, d'aider les pays dans le domaine des technologies de l'information et de la communication, en facilitant la mobilisation des ressources techniques, humaines et financières nécessaires à leur mise en oeuvre et en favorisant l'accès à ces technologies. L'UIT a aussi pour mission de promouvoir les actions susceptibles de réduire la facture numérique et d'y participer.

Selon Prado-Wagner, l'UIT a spécifiquement pour mission de prêter assistance à ses membres dans les pays en développement en fournissant des informations sur les politiques et stratégies de financement adaptées à la situation économique des pays. L'UIT promeut les mécanismes de fixation des prix orientés à des services novateurs et durables.

C'est dans ce contexte, précise la représentante de l'UIT, que cette session de formation sur les coûts est organisée pour montrer aux participants, les nouvelles tendances sur la modélisation des coûts à partir des connaissances apprises lors de l'atelier organisé l'année passée par l'UIT au Sénégal. Le ministre des Postes des Technologies de l'information et de la communication, Noël Kaboré, a salué l'UIT et l'ARCE qui ont eu l'initiative de proposer à la réflexion des experts, un thème dont la pertinence n'échappe à personne.

Le ministre a informé les participants que les résultats des travaux seront de la plus grande importance pour le gouvernement burkinabè et certainement pour les autres gouvernements qui ont autorisé la participation de leurs délégués à cette session de formation. Pour Noël Kaboré, les travaux du séminaire doivent permettre aux régulateurs de mieux comprendre le calcul des coûts de communication afin d'être plus justes dans leurs missions quotidiennes. "La recherche d'une meilleure adéquation entre le prix de communication et sa qualité a toujours été au centre des préoccupations de nos plus hautes autorités", a indiqué M. Noël Kaboré.

La preuve, a-t-il précisé, les nouveaux cahiers des charges signés par les opérateurs en fin mai 2010 et qui sont particulièrement exigeants sur la qualité de service à des prix abordables. C'est du reste dans le même sens que le gouvernement burkinabè a envisagé l'attribution d'une licence à un quatrième opérateur de communications électroniques, a ajouté Noël Kaboré.