Madagascar: Le Ministre s’entête avec son projet de passerelle unique

Actualités Télécom

Camille Vital riposte. Face à l'alliance des opérateurs en mobile pour contrer la mise en place de la passerelle unique à Madagascar, le Premier ministre Camille vital contre-attaque. Il a, en effet, annoncé devant la presse, hier à Mahazoarivo, en marge de la visite de Leonardo Simao, qu'« ils mettent la charrue avant les boeufs ». Il argumente qu' « il n'y avait encore aucun décret ou notification sur le recours à la passerelle unique », avant de souligner que « rien n'est encore gagné ». Il estime ainsi que les opérateurs auraient dû venir le voir, plutôt que de faire des campagnes médiatiques. Il juge que ces derniers « ne pensent qu'à leurs intérêts ».

Le Premier ministre n'a tout de même pas épargné l'idée de son adoption. « Il y a un manque à gagner. Chaque année, le pays perd 25 millions de minutes. Je ne vois pas de mal à ce que Madagascar adopte elle aussi la passerelle », proteste-t-il. En même temps, il estime que le recours à la passerelle est dans le droit de l'État. « L'État n'a-t-il pas le droit de vérifier la communication ? », s'interroge le Premier ministre.

Camille Vital n'a jamais caché son approbation, quant à la mise en place de la passerelle unique à Madagascar. Le mercredi 29 décembre 2010, à l'occasion d'une cérémonie d'inauguration de guichets fonciers pour l'Atsimondrano et l'Avaradrano, il a déclaré haut et fort que « malgré les critiques des opérateurs en téléphonie, la passerelle sera appliquée coûte que coûte, car l'intérêt du pays dépasse ceux des opérateurs ». Cette déclaration a été faite, suite au communiqué effectué par Orange, Airtel et Telma, pour condamner le projet.