Algérie: Sawiris suspend la procédure d'arbitrage international au sujet de Djezzy

Actualités économiques

Le propriétaire d'Orascom Telecom Holding (OTH), Naguib Sawiris, a décidé de différer le lancement de la procédure d'arbitrage international pour régler le litige au sujet de sa filiale algérienne Djezzy, a rapporté hier le journal égyptien Al Mal. L'homme d'affaires égyptien pense qu'une solution à l'amiable sera trouvée au différend qui l'oppose à l'État algérien, précise la même source. Naguib Sawiris a affirmé que cet ajournement répond au souhait de l'opérateur russe Vimpelcom, nouveau propriétaire d'OTH. Il avait affirmé auparavant que l'arbitrage international est la seule option pour régler le contentieux avec le gouvernement algérien. Djezzy, la filiale d'Orascom Telecom Holding, a été au centre d'un contentieux opposant l'homme d'affaires égyptien Naguib Sawaris au gouvernement algérien.

D'abord suite à un redressement fiscal de 600 millions de dollars dont elle a fait l'objet et au droit de préemption opposé par les autorités algériennes à la tentative de vente des actifs de cette société de droit algérien, une première fois au groupe sud-africain MTN et une seconde fois au géant russo-norvégien Vimpelcom. Le gouvernement algérien avait déclaré, par la voix de son Premier ministre, la volonté d'acquérir définitivement l'opérateur mobile Djezzy, affirmant n'avoir qu'«un seul vis-à-vis dans cette opération, à savoir Orascom Telecom Holding (OTH) avec qui nous avons signé un contrat». Mais, pour le gouvernement algérien, les patrons de cette entreprise devront auparavant épurer leur situation fiscale, à savoir «s'acquitter de 17 milliards de dinars et des pénalités engendrées en cas de retard. Ils doivent assainir leur dette envers l'Autorité de régulation de la poste et des télécoms, et celle engendrée par la dissolution de leur opérateur du fixe Lacom (des salaires de travailleurs n'ont pas été versés). Les propriétaires d'OTH doivent répondre à l'accusation de la Banque d'Algérie de fraude dans les transferts de 190 millions de dollars.

En dernier point, comme le prévoit la loi algérienne, OTH devra verser 20% de la prévalue au gouvernement algérien à la vente», a expliqué le Premier ministre. Début janvier, le cabinet d'avocats Shearman and Sterling LLP a été sélectionné par le gouvernement algérien pour l'accompagner dans l'opération d'acquisition de Djezzy. Il devrait rendre ses conclusions avant la fin du mois d'avril, rappelle-t-on encore. La suspension de la décision d'arbitrage international intervient dans une conjoncture marquée par la volonté d'apaisement dans les relations entre Alger et Le Caire, comme en témoigne l'entretien téléphonique d'hier entre le Premier ministre Ahmed Ouyahia avec son homologue égyptien Essam Abdelaziz Ahmed Charaf. Les deux hommes ont souligné «la volonté commune des gouvernements algérien et égyptien de ne ménager aucun effort pour consolider les relations séculaires d'amitié et de fraternité qui unissent les deux peuples et pour renforcer les échanges et la coopération entre les deux pays dans tous les domaines», selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.