Ile Maurice: Infinity en liquidation - Les employés pas nécessairement payés en priorité

Actualités économiques

En dépit de la mise en liquidation de l'Infinity BPO par la cour commerciale, les salariés du centre d'appels qui n'ont pas été rémunérés, n'ont toujours aucune assurance de toucher leur dû. Les dettes de l'entreprise ayant priorité aux yeux de la loi.

Une réunion a eu lieu, le mercredi 30 mars, au ministère du Travail, en présence de Jean Suzanne, l'ancien patron de l'Infinity BPO, le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, le représentant légal des employés de la compagnie, Reza Uteem et le liquidateur, Roger Boodna, un officier de la Cour suprême.

Malgré la mise en liquidation de la compagnie Infinity BPO par la Cour commerciale, à la demande de la mairie de Quatre-Bornes, ce mercredi 30 mars, les employés ne sont toujours pas assurés d'être payés.

En effet, en vertu de la loi, les employés sont placés en troisième position dans l'ordre de paiement, soit après le remboursement de dettes auprès de l'Etat et la déduction des frais administratifs. Cependant, selon le liquidateur, Roger Boodna, l'Etat peut toujours céder sa place pour donner priorité aux employés.

Toutefois, selon le liquidateur Roger Boodna, il y a toute une procédure à respecter avant que les employés reçoivent leurs salaires en intégralité. Parmi ces procédures figure l'affidavit que chaque employé qui n'a toujours pas été payé en intégralité, devra jurer avant de toucher son salaire.

Le mercredi 30 mars, la Cour commerciale a rendu son jugement dans le procès intenté à Infinity BPO par la municipalité de Quatre-Bornes. C'est le 31 janvier dernier, que la mairie avait porté plainte contre Infinity pour des «Tenant Taxes» impayées, d'un montant de Rs 5, 1 millions.

«Je réalise qu'il y a encore beaucoup de travail à faire. Il faut que je fasse un état des lieux et que je voie ce que détient Infinity BPO. Les biens seront vendus et l'argent sera réparti selon l'ordre de priorité.

Les employés recevront leurs salaires, mais ce montant ne doit pas dépasser Rs 30 000. Toutefois, l'Etat peut encore céder sa place aux employés », explique le liquidateur.

L'exercice de paiement se renouvellera à chaque rentrée d'argent, toujours selon le même ordre de priorité. Le liquidateur est également chargé de récupérer l'argent détenu par les débiteurs de la compagnie.

Reza Uteem affirme, pour sa part, que la mise en liquidation est une très bonne chose, puisque le sort des employés ne se trouve plus entre les mains de Jean Suzanne. «Le liquidateur sera informé, lors de son enquête s'il y a eu détournement de fonds. Maintenant, c'est aux employés de venir jurer un affidavit pour réclamer la somme que leur doit la compagnie», lance Reza Uteem.

Shakeel Mohamed tient, pour sa part, à mettre en garde les employés qui ont déjà été payés. «Maintenant que le soleil brille sur l'affaire Infinity, il y a aussi ceux qui n'y ont pas droit, qui voudront une part de ce soleil. Ils seront tout simplement sanctionnés», affirme le ministre du Travail.

Jean Suzanne, déplore, lui, la façon dont les politiciens se sont emparés de cette affaire. «Je vous souhaite bon courage M. Boodna. J'espère que la vérité éclatera car c'est moi le plus grand perdant dans cette affaire.

Vous avez plus de crédibilité, vous n'aurez pas à subir toutes les insultes que j'ai subies », a-t-il affirmé à Roger Boodna. Il s'interroge, toutefois, sur le montant qui sera récupéré par le liquidateur.

Quant à Jeff Lingaya, qui a entamé une grève de la faim pour soutenir les employés d'Infinity BPO qui n'ont pas été payés à ce jour, il a choisi de mettre à son action dans la soirée du mercredi 30 mars.