Maurice progresse des six places dans un classement mondial sur la culture informatique

Actualités informatiques

Maurice s'en sort plutôt bien au niveau des technologies de l'information. Le pays a effectivement progressé de six places dans un classement mondial sur la capacité à utiliser les technologies de l'information, dont internet. Ce classement préparé par le World Economic Forum (WEF) en est a sa dixième édition, qui vient d'être rendue publique hier mercredi 13 avril.

Maurice est désormais à la 47ème place du classement 2010-2011 alors qu'elle s'était classée 53ème lors de l'édition précédente. A cette position, Maurice arrive en tête des pays de l'Afrique sub-saharienne, devant l'Afrique du Sud qui est 61ème.

Au niveau du classement par niveau de développement ou niveau de revenus, Maurice est septième parmi les pays avec un "upper middle income". Dans cette catégorie, c'est la Malaisie qui est aux avant-postes.

Au niveau mondial, le classement est toujours dominé par les mêmes pays développés, avec la Suède en tête, suivi de Singapour, pour la deuxième année consécutive. La Finlande est troisième et les Etats Unis quatrième.

Taiwan et la Corée du Sud sont aussi dans le top 10. A noter que Maurice devance l'Inde, un géant de l'informatique que Maurice prend souvent comme modèle et qui se classe 48ème.

Dans son rapport, le WEF déplore que le continent africain soit toujours à la traîne dans le domaine des nouvelles technologies, exception faite de Maurice, l'Afrique du Sud et la Tunisie, dans le Maghreb.

«La performance remarquable de Maurice repose sur son environnement du marché qui est extrêmement propice. Au niveau de la régulation, il y a peu de "red tape", des régimes fiscaux efficaces, un encadrement adéquat de protection de la propriété intellectuelle, et un niveau de compétition élevé pour ce qui est de l'internet et de la téléphonie, entre autres», note le rapport du WEF.

Il y a dans le pays un intérêt réel et un niveau de préparation élevés pour utiliser les technologies de l'information et de la communication (Tic) par toutes les parties prenantes de la société, ajoute le WEF. Il y a une perception que le gouvernement accorde une priorité à ce dossier, ajoute-t-il.

Tout n'est pas rose pour autant. Les auteurs du rapport font ressortir qu'au niveau des infrastructures et des ressources humaines, des améliorations sont possibles. Au niveau de l'utilisation des nouvelles technologies, Maurice est loin des normes internationales des meilleures pratiques, surtout au niveau du gouvernement et du business.

Trois principaux critères ont été utilisés pour réaliser ce classement. L'environnement, incluant l'état du marché, le cadre politique et régulateur et l'infrastructure. A ce chapitre, Maurice est arrive 41ème derrière l'Afrique du Sud 38ème.

Les 138 pays du classement ont également été notés sur leur état de préparation, au niveau individuel, du gouvernement et du business. Maurice y figure à la 46ème place, assez loin devant l'Afrique du Sud, 79ème.

Puis, il y a l'aspect pratique de l'utilisation au niveau individuel, du gouvernement et des entreprises. La Maurice enregistre son plus mauvais score terminant à la 76ème place. L'Afrique du Sud est 84ème. La culture internet au niveau des services publics est crédité de 3 point seulement. La Corée, première, a un score de 6,25 points à ce chapitre.