Madagascar: L'État joue la tolérance sur le 3G+

Actualités Télécom

Diverses structures de la technologie de la communication intègrent peu à peu le paysage local. L'OMERT fait preuve d'indulgence envers les opérateurs économiques qui se sont lancés dans l'exploitation de la licence 3G+.

En stand by. Les actions de régularisation des autorisations et de licences relatives à l'exploitation des services 3G+ sont en veilleuse pour le moment. L'État malgache, par le biais de l'Office malgache des études et de régulation des télécommunications (OMERT), fait preuve de tolérance vis-à-vis des opérateurs. De leur côté, des opérateurs en téléphonie se lancent dans une rude concurrence pour convaincre les usagers de consommer leurs produits.

Si Barthi Airtel a annoncé récemment à New Delhi que des discussions ont été entamées avec les autorités malgaches pour l'obtention de cette licence troisième génération, les autres opérateurs à savoir Orange, Telma et le dernier venu, Life, investissent davantage dans le secteur.

A titre d'exemple, en novembre 2009, la compagnie Telecom Malagasy, offre à sa clientèle des services associés à la technologie 3G+ tels que la visiophonie ou l'internet à très haut débit mobile.

De son côté, Orange Madagascar procède à des promotions sur le modem USB. Tandis que Life montre plus de dynamisme dans les spots publicitaires dans la presse audio.

Malgré cette situation de stand-by, l'OMERT affirme pourtant que la régularisation du secteur se poursuit. Un projet de cahier de charges a été envoyé aux opérateurs. Des approches avec les techniciens et ces derniers sont prévues afin de déterminer les modalités qui mèneront vers la formalisation du secteur.

« Il n'y a pas de retour en arrière quant à la formalisation du secteur, comme preuve, des cahiers de charge ont été transmis aux opérateurs. Nous avons la ferme volonté de la mettre en place avec des techniciens et de suivre de près les modalités pour atteindre cet objectif », annonce Augustin Andriamananoro, directeur général de l'OMERT, hier, au cours d'une interview, sans donner de date précise quant à la tenue de ce rapprochement.