Contentieux Areeba-Etat Guinéen: le dénouement de la crise

Actualités Télécom

Finalement, c'est le répit peut-on dire au sujet du contentieux Areeba-Etat Guinéen qui défrayé la chronique durant ces deux dernières semaines écoulées. Avec l'arrivée vendredi dernier du PDG du Groupe MTN dans notre pays, une solution a enfin été trouvée pour débloquer la situation.

Ainsi, après négociations, la société de téléphonie Areeba Guinée reste redevable à l'Etat d'une somme de 15 millions d'euros comme pénalité. C'est ce qu'à appris de sources concordantes Aminata.com.

En attendant donc la suspension de la réquisition par le Président de la République (par décret) , nous avons tendu notre micro à certains citoyens de la Capitale en vue de recueillir leurs impressions sur le sujet. Lisez!

Algassimou Barry, agent commercial: " Je suis joyeux d'entendre qu'on a enfin trouvé une solution à la crise. Vous savez, une grande société comme Areeba Guinée ne doit pas être exclue des autres sociétés de téléphone de la place.

Comme l'Etat veut maintenant qu'elle paie 15 millions d'euros pour son contrat d'installation, qu'elle le fasse. Avec ça, elle sera crédible davantage. Je salue l'esprit des négociateurs et je remercie tous ceux et toutes celles qui ont contribué à cette sortie de crise".

M. Talibé, revendeur de cartes de recharge: " Moi, je commençais à me faire d'énormes soucis. En tant que vendeur grossite, si cette société fermait ses portes et fenêtres, mon fonds de commerce allait sombrer dans l'eau.

Dieu merci, il y a enfin une solution, même si elle est un peu rude pour la société. Mais bon, souvent c'est ça. Il faut savoir négocier légalement si on ne veut pas avoir des problèmes à l'avenir. On ne saurait évoluer dans la fraude dans un pays de droit".

Hadja Fatou, femme d'affaires: " Permettez moi de faire de la publicité gratuite. S'il y a un réseau sûr, fiable et disponible pour tous, c'est bien le réseau Areeba. Depuis l'arrivée de cette société en Guinée, même si le problème de communication n'est pas totalement reglé, Areeba a quand même a fait des avancées remarquables et la population en est satisfaite.

Cela a été un coup dur pour moi quand j'ai appris qu'on chasser cette société. Dieu merci tout est rentré dans l'ordre. J'ai même appris que pour le montant à payer à l'Etat, Areeba a un delai très court pour s'exécuter.

Or, imaginez vous un peu, avant en Guinére, on achetait les puces à plus d'un million de francs, alors que de nos jours, la puce se négocie contre 5 mille francs. Il arrive parfois qu'on nous l'offre d'ailleurs".

El Hadj Fadilou, sociologue et sociologue: " On dit en Guinée que ce sont les commerçants qui sèment la pagaille. Mais, voye vous même ce litige entre Areeba et l'Etat guinéen. A qui la faute? Quand a-t-elle commencé?

Ce sont des questions qui méritent des réponses. Si on me posait ces questions, voilà ce que j'llais répondre. La faute est au gouvernement de l'époque. Ce gouvernement a voulu profiter et Areeba à son tour a mal honoré le contrat.

Dans toute chose, c'est le début qui compte, c'est la base qui compte. Quand on rate ce début ou cette base, on rate tout. Quand a-t-elle commencé? Eh bien depuis l'arrivée de Areeba dans notre pays.

La question qui se pose est de savoir si elle (la société) va continué avec le nom Areeba ou si elle va redevenir MTN. Normalement en droit, c'est la seconde hypothèse qui se doit".

Mme Magassouba, enseignante:" C'est une première dans notre pays. On parvient à gérer un problème sans règlement de compte. Je tiens à signaler que ça n'engage que moi, mais j'ai déploré une chose.

Le manque de solidarité des autres sociétés téléphoniques vis-à-vis d'Areeba Guinée. Il est vrai que nous sommes dans un monde de concurrence, mais ça ne doit pas nous empêcher de jouer le jeu. Pour ma part, je ne peux que me réjouir de la fin de ce litige.

Il commençait à prendre des proportions inquiétantes. Mais grâce à la contribution du PDG de MTN et d'autres négociateurs, la société Areeba va enfin repartir sur de nouvelles bases. Je vous remercie".